FOOTBALL INTéGRAL - Le football avec du coeur
Facebook
Twitter
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
Ligue 1
Lundi 10 Mars 2014

30 jours de Ligue 1 : A l'assaut du podium


Très peu de changements au classement dans ce championnat de France dominé de la tête et des épaules par une équipe du PSG quasiment imbattable. Monaco trace sa route et devrait logiquement terminer second du club parisien. Seule la troisième place du podium semble encore indécise. Lille est en pole position mais Saint-Etienne et Lyon reviennent fort. Marseille semble avoir perdu la foi alors que Bordeaux n’y aura jamais vraiment cru. En bas de tableau, Ajaccio a clairement dit adieu à la Ligue 1 alors que Sochaux et surtout Valenciennes semblent s’accrocher à leurs minces espoirs.


30 jours de Ligue 1 : A l'assaut du podium
Vendredi 14 février. Avant son déplacement à Leverkusen, pour le compte des huitièmes de finale aller de la Ligue des Champions, le Paris SG recevait en guise de préparation le VAFC d’Ariel Jacobs. Un match « bonus » selon le défenseur nordiste Rudy Mater, qui préfère se pencher sur la réception de Sochaux la semaine suivante, rendez-vous capital pour le maintien. 

Résultat des courses, les Valenciennois repartent du Parc des Princes avec une valise (3-0). Dominé dans tous les compartiments du jeu, Valenciennes n’a pas, ou peu existé. Lavezzi (touché par un drame personnel) a livré une prestation pleine de hargne et d’abnégation, récompensée par un but (18e).  

Samedi 15 février. Sochaux respire encore. Auteurs d’une saison très délicate, les Sochaliens ont pourtant donné un motif d’espoir à leurs supporters en venant à bout de Guingamp (1-0). Une victoire acquise dans la douleur qui néanmoins, connote d’une certaine implication de l’équipe dirigée par Hervé Renard. Il faudra au moins ça pour espérer décrocher un maintien qui paraît encore inatteignable.

Très loin de là, Monaco continue sa marche en avant. Un doublé de James Rodriguez a permis au club princier de vaincre Bastia (0-2) et, ainsi, de rester à cinq longueurs du leader parisien.  

Dimanche 16 février. L’étau se resserre pour les équipes visant la troisième place du podium. Accroché sur la pelouse d’Evian TG (2-2), Lille perd du terrain. Tout bon pour Lyon, qui a balayé Ajaccio (3-1). En revanche, le match de gala entre Saint-Etienne (4e) et Marseille (5e) a accouché d’une purge (1-1). L’écart se réduit et la lutte s’annonce palpitante.

Se tailler la part du Lyon (static.foot01.com)
Se tailler la part du Lyon (static.foot01.com)
Vendredi 21 février. Monaco a vécu une soirée assez forte en émotion face à Reims pour le compte de la 26e journée de Ligue 1. Outre la victoire (3-2), c’est la manière dont celle-ci a été exécutée. Peu connu pour ses talents de buteur, Toulalan s’est distingué en inscrivant le deuxième but de son équipe, portant son total personnel à deux unités (pour 268 matches). Sa dernière réalisation dans le Championnat de France remontait au 2 octobre 2004 face à Strasbourg.

Loin d’avoir abdiqué, les Rémois s’en sont remis à Oniangué (53e, 71e) pour revenir deux fois au score mais le jeune Kurzawa (21 ans) a mis un terme au suspense, à la suite d’une action rondement menée (95e). Monaco ne lâche rien.

Samedi 22 février. Marseille et Saint-Etienne continuent leur duel à distance pour tenter de déloger Lille de la troisième place du podium. Opposé à Lorient, l’OM de José Anigo s’en est sorti de justesse (1-0) grâce à Gignac, une nouvelle fois décisif (83e). De son côté, les Verts ont remporté un précieux succès à Bastia (0-2) et reviennent à un point du podium.  

Dimanche 23 février. Toulouse affrontait le PSG pour tenter d’enrailler la dynamique infernale imposée par les hommes de Laurent Blanc. Auteurs d’un match plutôt correct, les joueurs de la ville rose ont subi l’impact de Zlatan Ibrahimovic presque comme une fatalité (2-4). Le Suédois a inscrit un triplé et broyé les maigres espoirs toulousains. Rien ne semble arrêter ce PSG là.

Ailleurs, Rennes a pris sa revanche dans le derby breton. Large vainqueur (0-3) d’une équipe nantaise inoffensive (0 tir cadré), les rouge et noir se relancent et passent devant leur adversaire (13e). En haut du tableau, Lille et Lyon se sont neutralisés dans une rencontre fermée et pleine d’approximations (0-0).

Lucas se prend pour Usain Bolt

Vendredi 28 février. Evian-Thonon-Gaillard se donne de l’air. Opposé à une équipe de Nantes qui n’en finit plus de dégringoler au classement, les Hauts-Savoyards ont remporté un succès vital (2-0). Rien n’est encore joué pour le maintien, loin de là mais l’écart se fait de plus en plus grand avec les relégables et ça, Pascal Dupraz l’a bien compris : « Je suis content parce que, l’espace d’un instant, les mécréants vont fermer leur gueule et ça, ça me plaît. J’espère qu’ils vont encore fermer leur gueule un paquet de fois jusqu’à la fin de saison. Et qu’ils ferment leur gueule jusqu’à la fin de saison prochaine. Merci et bonne soirée. »

Samedi 1er mars. Saint-Etienne a certainement tué tout suspense dans ce championnat de France. En effet, face à Monaco les Verts n’ont pas fait dans la dentelle (2-0). Une reprise de volée magistrale de Lemoine (17e) et une percée victorieuse de Romain Hamouma (67e) assomment les velléités monégasques. Avec cette défaite, le club du Rocher perd pratiquement tout espoir de rejoindre le PSG. En revanche, les Stéphanois poursuivent leur excellent parcours et continuent de rêver à la Ligue des Champions.

Dans le Doubs, Sochaux n’abdique pas. En disposant de Bordeaux (2-0), les Lionceaux veulent croire en leur chance presque irréelle de se maintenir en Ligue 1. Les hommes d’Hervé Renard ne sont plus qu’à cinq points de la 17e place. Il reste onze journées.

Dimanche 2 mars. Le scandale du week-end a eu lieu en Corse et plus particulièrement à Ajaccio. Face à Lille, le club ajaccien (20e) n’est pas passé loin de l’exploit (2-3) mais l’arbitre en a décidé autrement. Alors que les deux équipes sont à égalité (2-2), M. Thual sanctionne une main complètement involontaire de Mostefa. Conséquence directe, pénalty et but de Kalou (auteur d’un triplé). Derrière, l’entraîneur corse est expulsé suite à son indignation trop véhémente. Puis, quelques minutes plus tard, c’est l’incompréhension. Le milieu de terrain lillois, Delaplace, touche le ballon de la main dans sa propre surface de réparation mais l’arbitre ne siffle pas. La règle est toujours aussi peu cohérente et Lille s’empare de la troisième place du podium.

Au Parc des Princes, le classique et normalement intense « PSG-OM » avait lieu. Néanmoins, comme tous les observateurs ont pu le constater depuis deux saisons maintenant, Paris et Marseille ne jouent plus dans la même catégorie. Cela ne s’est pas trop vu en première période (0-0) malgré une nette domination parisienne et un rush incroyable de Lucas, qui a failli marquer un but d’anthologie. Rod Fanni en a décidé autrement. Au final, l’OM a fini par craquer (2-0). Un but de Maxwell et une réalisation de Cavani, qui  faisait son come-back, auront eu raison d’une équipe marseillaise impuissante. Le PSG a quasiment le trophée entre les mains.

Flash Gordon ? Non, Lucas Moura (psg.com)
Flash Gordon ? Non, Lucas Moura (psg.com)
Samedi 8 mars. C’est au Stadium de Toulouse qu’il fallait être lors de cette 28e journée de Ligue 1 ! En effet, empruntés et maladroits en première période, les Toulousains ont concédé deux pénaltys face à Reims et sont rentrés au vestiaire la tête basse (0-2). Piqués dans leur orgueil, les hommes de Casanova ont tout donné en deuxième mi-temps et se sont finalement imposés dans le dernier quart d’heure (3-2) !

A Monaco, Berbatov a inscrit son premier but dans le championnat de France contre Sochaux (2-1) et permet à son équipe de consolider sa place de dauphin. Devant, le PSG continue sa promenade de santé. Une victoire nette et sans bavure à Bastia (0-3) où Lavezzi s’est illustré par un doublé.

Dimanche 9 mars. Lille profite du revers de Marseille face à Nice (0-1) et de Saint-Etienne à Lorient (1-0) pour prendre ses distances au classement. Vainqueurs de Montpellier (2-0), les Nordistes restent solidement ancrés sur le podium (3e). Dans le même temps, Lyon revient de très loin après son succès dans les arrêts de jeu à Bordeaux (1-2). En difficulté durant une bonne partie de la rencontre, les Gones arrachent les trois points et reviennent à quatre unités de l’ASSE. Le derby du Rhône s’annonce épique !

Hebergeur d'image

Des "Canaris" dans le dur (lesnouveautes.fr)
Des "Canaris" dans le dur (lesnouveautes.fr)
Hebergeur d'image
Carnet de commande : Du plomb dans l’aile. Le FC Nantes reste sur une série de huit matches sans victoire et poursuit sa dégringolade au classement. Révélation du début de saison, le club de Loire-Atlantique devra vite renouer avec le succès car le maintien n’est pas encore tout à fait acquis.


Hebergeur d'image
L'entrecôte : Lemoine ne se fait pas prier. Face à Monaco, le milieu défensif stéphanois a su régler la mire pour calmer les ardeurs du club princier. En témoigne cette magnifique frappe du droit qui vient surprendre Subasic. Le Chaudron était en feu.

Hebergeur d'image
Le Beaujolais : Henri Bedimo. Très certainement la meilleure recrue lyonnaise de la saison. Arrivé cet été en provenance de Montpellier, Bedimo est souvent encensé par son entraîneur et ses coéquipiers qui voient en lui l’un des meilleurs latéraux du championnat. Poussif en tout début de saison, le natif de Douala est largement monté en puissance et n’est pas étranger au redressement du club rhodanien. Collectivement irréprochable (6 passes décisives), Bedimo s’est de nouveau illustré dimanche soir à Bordeaux en inscrivant le but de l’égalisation. Tous les espoirs sont permis.
(www.mhscfoot.com)
(www.mhscfoot.com)

Hebergeur d'image
Stade Rennais. Auteur d’une saison héroïque avec la Real Sociedad, Philippe Montanier a surpris les observateurs du ballon rond en débarquant en Bretagne. Réputé pour son football offensif et plaisant, Montanier n’a pour le moment pas su imprimer toute sa patte au sein du club de Rennes. Mal en point en championnat (16e) et éliminé de toutes les compétitions, le Stade Rennais vit une saison très compliquée. Capable du meilleur comme du pire, l’équipe bretonne devra lutter jusqu’au bout pour éviter une énorme désillusion.       Djibril Cissé. Eternel baroudeur, le vivace Djibril peine à convaincre du côté de Bastia. Celui qui fut jadis l’un des attaquants français les plus en vue est peut-être arrivé au bout du tunnel. A trente-deux ans, Djib’ ne marque plus mais pire encore, il semble complétement hors de forme et ne retrouvera certainement jamais son niveau. Lui qui a toujours rêvé de revenir en équipe de France semble bien loin de ses ambitions. Pourtant, un joueur de son envergure, avec une telle mentalité, aurait fait un bien fou à la sélection tricolore. Utopie quand tu nous tiens.



Maxime Brandizi

     

Nouveau commentaire :

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 19 Mai 2014 - 08:00 Des records et beaucoup d’émotions




FOOTBALL INTEGRAL : Football Intégral - Infos du jour est sorti de presse! https://t.co/prt42mOoNX
Jeudi 21 Septembre - 09:43

AROUND THE GAME

DSCF9182
dortmund11
hann9
DSCF9176
DSC_0633
DSC_0529
DSC_0436
DSCF3508
DSCF9207
DSCF6632
DSC_0543
darmstadt
086
DSCF3678
DSC_0566
019
DSCF0836
DSCF9560
161
DSCF9209
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
 
Facebook
Twitter
Rss
Mobile
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image