FOOTBALL INTéGRAL - Le football avec du coeur
Facebook
Twitter
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
Dossier : L'âge d'or de l'Equateur
Jeudi 11 Avril 2013

Championnat national; Quito double


En Equateur, l'histoire du ballon rond est toute fraîche. Le premier champion national officiel n’a d'ailleurs été sacré qu’en 1957, alors qu’en Suisse, cette année-là, Young-Boys devenait le 58ème vainqueur. "Zoom" sur un championnat national qui est surtout une histoire entre les deux villes majeurs du pays, Quito et Guayaquil.


Le "kop" impressionnant du Barcelona Sport Club, équipe la plus titrée d'Equateur. (www.barrabrava.net)
Le "kop" impressionnant du Barcelona Sport Club, équipe la plus titrée d'Equateur. (www.barrabrava.net)
Le championnat national officiel de l'Equateur a été créé en 1957. En fait, il s'agissait juste de désigner le champion equatorien suite à un match entre le meilleur des régions de Guayaquil et celui de Quito. Finalement, c’est le Club Sport Emelec, de Guayaquil, qui a remporté ce premier trophée. Cette formule est d'ailleurs restée active jusqu’en 1966. L’année suivante, il se créait enfin une vraie division regroupant les meilleures équipes de tout le pays. Pour cette nouvelle première édition, c'est le Nacional de Quito qui terminait premier.

Entre les deux métropoles, la rivalité est énorme. A travers cette dualité s'infiltre quelques derbys tonitruants, comme le fratricide affrontement entre Club Sport Emelec et Barcelona Sporting Club qui attire bon nombre de spectateurs à l’Estadio Monumental Banco Pichincha, pouvant contenir jusqu’à 83'000 personnes.
 
L’histoire de ce championnat se résume donc aux clubs des plus grandes villes du pays : Quito et Guayaquil. Elles se partagent la plupart des trophées. Au jour d'aujourd'hui, c’est la capitale qui domine avec 28 victoires contre 24 pour son rival. Il y a seulement le Deportivo Cuenca (2004), la troisième ville du pays, qui a réussi à contrecarrer leurs plans ainsi que le CD Olmedo, représentant Rio Bamba,  en 2000. Le club le plus titré ? Le Barcelona Sporting Club Guayaquil avec 14 titres, précèdant de justesse le Club Deportivo El National, 13 fois champion. Entre les deux métropoles, la rivalité est énorme. A travers cette dualité s'infiltre quelques derbys tonitruants, comme le fratricide affrontement entre Club Sport Emelec et Barcelona Sporting Club qui attire bon nombre de spectateurs à l’Estadio Monumental Banco Pichincha, pouvant contenir jusqu’à 83'000 personnes.

La formule actuelle

Marcos Caicedo, attaquant vedette du Club Sport Emelec. (Photo : studiofutbol.com.ec)
Marcos Caicedo, attaquant vedette du Club Sport Emelec. (Photo : studiofutbol.com.ec)
En 2013, le championnat équatorien se déroule en deux parties : la première de janvier à juin et la deuxième de août à décembre. Les 12 équipes de la Copa Pilsener Mayores (nom du championnat depuis 2013) s’affrontent à quatre reprises. Différence avec nos méthodes; les classements des deux périodes sont dissociés. Par exemple, le gagnant de la première partie affrontera le vainqueur du deuxième semestre pour une sorte de finale qui se jouera aller-retour et désignera le vainqueur de l’année. Une petite finale se joue aussi sur le même mode pour désigner la 3ème équipe qui pourra elle-aussi être engagée dans la Copa Libertadores, sorte de Champion’s League sud-américaine. Ensuite, le classement cumulé permet de connaître les deux équipes les plus mauvaises qui seront reléguées. En 2012, Barcelona Sporting Club gagnait les deux phases et a été automatiquement désigné champion.
 
A fin mars 2013, c’est le Club Sport Emelec qui est en tête après 7 journées et devance de respectivement 6 et 7 points LDU Quito et SD Quito. Le club de Guayaquil aligne les victoires et se présente comme favorite dans la partie initiale de ce championnat en deux phases. L’équipe dirigée par Gustavo Quinteros est bien organisée défensivement, seulement 3 buts encaissés, et peut compter sur son buteur Marcos Caicedo (5 buts). Il y a encore 15 journées à jouer donc rien n’est dit pour le moment, mais la saison promet d’être passionnante.

Le club de LDU Quito célébrant leur victoire lors de la Copa Libertadores en 2008 (cabina14.blogspot.com)
Le club de LDU Quito célébrant leur victoire lors de la Copa Libertadores en 2008 (cabina14.blogspot.com)

Copa Libertadores

Comme mentionné précédemment, les trois premiers du championnat sont qualifiés pour le Copa Libertadores. Cette coupe, qui se veut l’égal de la Champion's League, a lieu toutes les années, généralement de janvier à juillet. Le gagnant de l’édition est qualifié pour la Coupe du Monde des clubs. Un seul club équatorien a réussi l’exploit d’inscrire son nom au palmarès, il s’agit de LDU Quito et c’était il y a cinq ans. En 2008, l’équipe de la capitale a battu le club brésilien de Fluminese aux tirs au but. Barcelona Sporting Club est parvenu deux fois en finale (1990 et 1998) sans toutefois toucher au Graal.

Le classement prouve que la domination des grandes équipes comme le Brésil et l’Argentine se confirme tant au niveau des clubs qu’au niveau des sélections nationales.
 
Dans cette compétition, les clubs des pays d’Amérique du sud sont représentés, ainsi que ceux du Mexique. La dernière finale a mis aux prises les Corinthians aux Boca Juniors; c’est l’équipe de Sao Paulo qui en est sorti vainqueur. A noter que la nation la plus titrée est le Brésil (22 fois vainqueurs) devant l’Argentine (16) et l’Uruguay (8). Il ne reste que des miettes aux autres : Paraguay (3), Colombie (2), Chili (1) et donc Equateur (1). Ce classement prouve que la domination des grandes équipes comme le Brésil et l’Argentine se confirme tant au niveau des clubs qu’au niveau des sélections nationales.

Le championnat d'Equateur en chiffres

  • Premier champion : Club Sport Emelec (1957)
  • Plus titré : Barcelona Sporting Club (14)
  • Meilleur buteur   : Ermen Benitez, 1980-1995 (191)
  • Meilleur buteur durant une saison : Jaime Ivan Kaviedes, CS Emelec, 1998 (43)
  • Plus grand stade   : Estadio Monumental Banco Pichincha, Guayaquil (83'000 places)
  • Série sans défaite : 27 matchs,1990 (El Nacional)
  • Match le plus prolifique : America de Ambato- Liga de Quito 0-11 (1969)
  • Victoires consécutives : El Nacional 3 fois (76-78 & 82-84) 
  • Anecdote : En 2005, 2 titres sont distribués, un par semestre

De Quito,


     

Nouveau commentaire :

Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 11 Avril 2013 - 17:13 Quand le football atteint des sommets

Jeudi 11 Avril 2013 - 17:11 Equateur - Paraguay, le rêve continue




FOOTBALL INTEGRAL : Football Intégral - Infos du jour est sorti de presse! https://t.co/YbXZUCcw3t
Samedi 18 Novembre - 13:44

AROUND THE GAME

DSCF9675
DSCF0802
DSCF9237
DSCF8068
DSCF9207
celtic7
DSC_0582
019
DSCF3678
DSCF0808
DSCF9641
DSC_0562
DSCF9189
DSCF6725
darmstadt4
DSCF6632
DSC_0566
DSCF9620
hann20
choreo
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
 
Facebook
Twitter
Rss
Mobile
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image