FOOTBALL INTéGRAL - Le football avec du coeur
Facebook
Twitter
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
Premier League
Lundi 5 Novembre 2012

Chelsea et City en panne; United prend la tête


10ème journée seulement et une Premier League qui nous offre déjà un rare suspense. Alors que les machines à gagner Chelsea et City ont subi un léger court circuit, c'est Manchester United et ses performances silencieuses qui se faufilent jusqu'en haut, profitant de rappeler à tous que le mécanisme vainqueur des Red Devils tourne toujours à plein régime. Petit bilan de ce moteur furieux qu'est le championnat anglais.


Chelsea et City en panne; United prend la tête
Et c'est ainsi que va la Premier League. Les jours passent, les leaders changent mais le spectacle et les grosses affiches demeurent. ​Cette 10ème journée s'ouvrait d'ailleurs sur une rencontre alléchante; Manchester United-Arsenal. Un classique. Et, comme durant les quatre saisons précédentes, cette partie n'a pas souri aux protégés d'Arsène Wenger. Manque de concentration ? De maturité ? Probablement un peu des deux. Le traditionnel "savoir-gagner" des Diables Rouges, acquis d'une expérience substantielle, s'est d'abord exprimé sur une volée victorieuse de Van Persie (après 3 minutes seulement !) suite un ballon mal renvoyé par la défense londonienne. Le Néerlandais, ancienne coqueluche d'Arsenal, n'a intelligemment pas exécuté la moindre célébration. En conférence d'après-match, il a même glissé : "J'ai joué à Arsenal pendant huit ans, j'ai connu des moments fantastiques ici. Je respecte les fans, le manager, les joueurs et le club tout entier, c'est pour ça que je n'ai pas célébré mon but." Chapeau, Monsieur. 

En deuxième mi-temps, et après une longue période de possession de balle mancunienne, c'est le Français Patrice Evra qui est venu corser l'addition d'une belle tête. Arsenal et son "playmaker" Santi Cazorla ont attendu la 90ème minute pour offrir à son public un maigre soulagement. C'est donc avec la frustration comme émotion prédominante que les Cannoniers ont quitté Old Trafford samedi après-midi. Mais, vu la différence entre les deux écuries, aurait-il pu vraiment en être autrement ?

Egaliser à la 88ème, ça donne ça. (Source image : betting.stanjames.com)
Egaliser à la 88ème, ça donne ça. (Source image : betting.stanjames.com)
Pour son compte, Chelsea se déplaçait sur la pelouse de Swansea avec un effectif un brin décimé. En effet, la spectaculaire victoire en League Cup face United (5-4) a laissé des traces dans les rangs et les poumons londoniens. Privés de Terry, Lampard, David Luiz et surtout du très en forme Juan Mata, les Blues étaient pourtant sûr d'avoir fait le plus dur après la réalisation du jeune Victor Moses (61e). Mais c'étant sans compter Pablo Hernandez et la hargne galloise, ce dernier égalisant à quelques minutes du terme (88ème). Pablo, Sir Alex te remercie !

City patine. C'est dans l'air; Manchester City impressionne de moins en moins. A la traîne en Champion's League et gagnant toujours plus discrètement ses matchs, l'équipe galactique de Mancini a dominé dans le jeu mais a laissé toutes ses idées offensives au vestiaire. Une domination stérile qui va amener l'Italien à repenser son identité joueuse mais en mal de pragmatisme. Pour les Sky Blues, le nul de Chelsea était une bonne occasion de partager la tête du classement avec le voisin. Manquée.

Un homme : Marouane Fellaini

Alors que Tottenham, défait tristement par Wigan à White Hart Lane sous les yeux impuissants de Lloris remplaçant, n'avance pas, Everton continue son petit bonhomme de chemin. Quatrième au classement, une position inespérée pour un budget de ce calibre, l'autre club de Liverpool est un pauvre qui s'obstine à ne rien donner aux riches. Et cette forme de début de saison, les Tofees la doivent majoritairement au milieu belge Marouane Fellaini. Déjà auteur de 7 buts depuis le début de l'exercice, une statistique impressionnante pour un joueur à vocation initialement défensive, le géant à la coupe folle enchaîne les prestations de haut vol. Régulateur, détonateur, passeur et buteur, Fellaini ne tardera pas à récolter son trophée de "Player of the Month".

Samedi, lors du déplacement au Craven Cottage de Fulham, le club d'Everton a mal débuté puisqu'il a déjà encaissé après 7 minutes. Mais la réaction bleue, encore une fois initiée par le Belge, a été tranchante. Sur un centre laser de Mirallas, Marouane a égalisé d'une reprise précise au premier poteau. Puis, une action tout en puissance de ce dernier a permis aux Blues de prendre l'avantage. Toujours aussi omniprésent, le Belge aurait même pu tripler la mise si sa magnifique reprise de volée n'avait été parfaitement sauvée par l'Australien Schwarzer. Malheureux, les Tofees se sont fait tardivement surprendre (90ème) par Steve Sidweel. "Pour nous c'est comme une défaite", a pesté le manager d'Everton David Moyes. Cependant, quand le journaliste l'a questionné par rapport à la performance de son milieu belge, sa bonne humeur a soudainement réapparue.
Fellaini, un joueur à la hauteur de sa coupe de cheveux (Source image : evertonfc.com)
Fellaini, un joueur à la hauteur de sa coupe de cheveux (Source image : evertonfc.com)

Vidéo : United - Arsenal (2 - 1)



Robin Fasel

     

Nouveau commentaire :

Dans la même rubrique :
< >



FOOTBALL INTEGRAL : Football Intégral - Infos du jour est sorti de presse! https://t.co/pzZ3Ti8ktq
Dimanche 22 Octobre - 13:44

AROUND THE GAME

DSCF3508
DSCF7864
8
DSC_0671
hann9
5
200
DSCF3452
DSCF9585
fanhaus
DSCF9521
DSCF7917
DSC_0529
hann23
217
DSCF6763
DSCF9176
hann5
DSCF0763
DSC_0454
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
 
Facebook
Twitter
Rss
Mobile
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image