FOOTBALL INTéGRAL - Le football avec du coeur
Facebook
Twitter
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
Premier League
Lundi 12 Novembre 2012

Chicharito, ce héros


Bien sur que non; ce serait amoindrir ignominieusement le spectacle du championnat anglais que de le restreindre à un seul homme. Mais voilà, alors que, dans cette 11ème journée de Premier League, Chelsea, Arsenal, Liverpool et Tottenham ont fait du sur place, Manchester United a donné un grand coup d'accélérateur pour s'offrir la tête du classement, à deux points de son voisin. Un grand club ? Certainement. Mais, les Reds Devils peuvent d'abord remercier Javier Hernandez, auteur d'un triplé mystique hier au Villa Park.


Chicharito, ce héros
Devant les irrégularités plutôt inquiétantes des Gunners et des Spurs, sensés précédés les "monstres" Chelsea, United et City, se faufilent deux outsiders bien impertinents : West Brom et Everton. Respectivement cinquième pour le premier cité et quatrième pour le second, ces deux clubs "performent" si bien que plus personne n'a envie de les caser dans le tiroir du "début de saison chanceux". Non, West Browmich Albion FC, c'est du sérieux. Facile vainqueurs lundi dernier face à Southampton (2-0), les Baggies ont enchaîné samedi avec un succès précieux sur la pelouse de Wigan. Inscrivant deux buts après 40 minutes, les hommes de l'Ecossais Steve Clarke, seulement à deux points de ManCity, affichent une assurance et une régularité à en faire baver plus d'un.

Encore Fellaini ! Comme celles de son club, les performances du Belge embrasent désormais la presse. PSG ? Manchester City ? Chelsea ? Le milieu de 25 ans voit sa cote s'envolée. Pourtant, son entraîneur, David Moyes, tient à rassurer tout le monde : "Il coûterait un prix élevé. (...)  "Felli" sait ce que je pense et réciproquement. Je sais mieux que quiconque qu'il aimerait amener Everton en Ligue des Champions et c'est ce que nous allons tenter d'accomplir." La Ligue des Champions ? Après leur courte victoire (2-1) sur Sunderland (un but et un assist' de Fellaini), les Toffees conservent leur quatrième place et donc toutes les raisons de croire en leur objectif.

Giroud exulte après son doublé contre Fulham. (Source : 25.media.tumblr.com)
Giroud exulte après son doublé contre Fulham. (Source : 25.media.tumblr.com)
Arsenal s'enrage, Chelsea et Liverpool se neutralisent. Une bonne nouvelle est souvent accompagné d'une mauvaise. Pour Arsène Wenger, la séance Arsenal-Fulham de samedi après-midi l'a probablement rassuré sur ses choix de casting. Mais, le scénario ne l'a pas moins frustré. Olivier Giroud, pari du coach gunner à l'intersaison, avait commencé dans le doute. Auteur d'un brillant doublé lors de ce derby londonien, le Français, prenant gentiment ses marques, est en phase de rassurer tout le monde, notamment le public de l'Emirates, son entraîneur et sûrement Didier Deschamps. Toutefois, la belle prestation du Champion de France n'a pas suffit à couvrir les largesses défensives de ses coéquipiers. Résultat : 3 à 3 et un haut du classement qui, vu de Londres, semble de plus en plus petit.

Lors de la ravissante affiche de dimanche après-midi opposant Liverpool et Chelsea, bleus et rouges se sont neutralisés. Et plus que ça. Premier homme du match, captain Terry démarrait rapidement les hostilités en ouvrant la marque sur un corner de l'inévitable Mata. Puis, c'est au tour du deuxième man of the day de s'illustrer. Luis Suarez, aussi connu en Angleterre pour ses dérives d'attitude que pour ses buts, fonçait comme un boulet dans le capitaine londonien, lui écrasant violemment le genou en prime. La civière et les regards brisés des supporters l'ont attesté : on ne reverra pas John Terry de si tôt. Malgré une domination nette, Chelsea a également fait preuve d'une facilité qui s'est avéré coupable. A la 73ème, une déviation de Gerrard et un marquage défensif laxiste permettait à... Luis Suarez d'égaliser. Explosif. 

City retrouve la victoire. A l'issu d'un combat monumental entre deux formations moyennement en forme, les Sky Blues et son entraîneur Mancini ont pu encore une fois compter sur la largeur stratosphérique de son banc pour l'emporter. En effet, les Spurs, toujours aussi percutants et hauts dans le terrain, ont donné du fil à retordre et bien des cheveux gris aux supporters de l'Ethirad Stadium. La protection de balle de l'ex-Citizen Adebayor, la vitesse de Lennon, leur axe (Dempsey, Huddelstone, Sandro) ultra-mobile et l'étonnante assurance du vétéran Friedel nous ont prouvé que Tottenham a des arguments. Et pas des moindres. C'est donc logiquement que les Spurs ont pris l'avantage après 21 minutes seulement. Et puis, le remaniement tactique de Mancini, notamment défensif avec la rentrée de Maicon, a permis au Champion de gagner en stabilité, et même d'égaliser par son buteur argentin Aguero (65e). Et puis, Dzeko rentre, il marque et Manchester City gagne sur le fil. En voilà une habitude qui serait presque devenue un dogme. City n'avait pas le plus grand coeur mais City avait plus de ressources. Ou la logique footballistique version XXième siècle.

Un homme : Chicharito

Chicharito, un remplaçant de rêve (Source : s2.glbimg.com)
Chicharito, un remplaçant de rêve (Source : s2.glbimg.com)
Se déplacer au Villa Park n'est jamais une chose aisée. Et, dans une ambiance folle, la défense mancunienne, statistiquement la plus mauvaise depuis 11 ans, s'est trompée si elle comptait sur les Villans pour se redonner confiance. Emmené par un Betenke d'une fabuleuse percussion, Aston Villa a également pu compter sur son Autrichien Weimann (21 ans) pour assurer le spectacle. Un centre du premier et une belle reprise du deuxième donnait l'avantage aux locaux. En début de deuxième mi-temps, le jeune buteur a même doublé la mise.

Tout paraissait donc bien compliqué pour Ferguson et les siens. Et, quand tout paraît compliqué, Ferguson fait rentrer le supersub Hernandez/Chicharito, solution à tous les maux mancuniens depuis quelques semaines maintenant. 5 minutes plus tard, le Mexicain offrait à ses supporters un enchaînement contrôle orienté-frappe de volée d'une finesse remarquable. 2-1. Puis, sur un centre de Rafael, Chicharito reprenait victorieusement, aidé par une déviation d'un défenseur adverse. Alors que l'exploit était déjà de taille, la pression qui s'appelait, dimanche, Valencia-Van Persie-Hernandez s'est à nouveau matérialisée en but, et ce à la 87ème minute. Devinez qui en était l'auteur ?

Vidéo : Aston VIlla - Manchester United (2 - 3)



Robin Fasel

     

Nouveau commentaire :

Dans la même rubrique :
< >



FOOTBALL INTEGRAL : Football Intégral - Infos du jour est sorti de presse! https://t.co/pzZ3Ti8ktq
Dimanche 22 Octobre - 13:44

AROUND THE GAME

019
DSCF6709
DSC_0470
darmstadt3
DSCF8116
augsburg4
DSCF7837
leverkusen 4
leverkusen 6
DSCF9519
5
DSCF9209
180
DSCF3217
DSCF9385
DSCF8020
DSC_0553
dortmund16
19
161
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
 
Facebook
Twitter
Rss
Mobile
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image