FOOTBALL INTéGRAL - Le football avec du coeur
Facebook
Twitter
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
Footage de gueule
Samedi 1 Novembre 2014

Dortmund, l’art de la schizophrénie


Impérial en Ligue des Champions, pathétique en championnat. Le début de saison du club de la Ruhr est pour le moins surprenant. Un paradoxe inexplicable lorsque l’on connaît la qualité de l’effectif du Borussia Dortmund. Un casse-tête dont Jürgen Klopp se serait bien passé à quelques heures d’affronter le Bayern Munich.


Grrr !! (futbolparavision.com)
Grrr !! (futbolparavision.com)
Une transition délicate. Depuis quelques années, le Borussia Dortmund est largement revenu sur le devant de la scène. Champion de Bundesliga (2011, 2012) puis vice-champion derrière un Bayern intouchable en 2013 puis en 2014, Dortmund s’est aussi particulièrement bien débrouillé en Ligue des Champions, notamment avec une finale perdue sur le fil (2013) face à son rival munichois (2-1) puis, une élimination en quarts de finale (2014) par le futur vainqueur de l’épreuve : le Real Madrid.

Surfant sur cette dynamique plutôt positive, le club allemand a néanmoins laissé filer Lewandowski et Götze ces deux dernières années. Des pertes importantes mais rapidement remplacées par d’autres recrues au talent non négligeable (Aubameyang, Mkhitaryan). Cette saison, pas beaucoup de départs mais un peu de sang neuf avec les arrivées de Ciro Immobile (24 ans) et Adrian Ramos (28 ans) ainsi que le retour de la « hype » japonaise Shinji Kagawa (25 ans). Des renforts censés booster l’attaque du Borussia en cas de blessure du fragile Marco Reus. Avec une défense solide, un milieu rapide et technique et une attaque assez variée, le futur s’annonçait sous les meilleurs auspices.

Immobile en championnat... (skyports.com)
Immobile en championnat... (skyports.com)
La saison des vendanges. La bande à Klopp démarre les hostilités dans son antre du Signal Iduna Park face au Bayer Leverkusen et se fait calmer d’entrée de jeu. Neuf secondes, c’est le temps qu’il faudra à Karim Bellarabi pour s’amuser avec la défense des jaunes et inscrire le but le plus rapide de l’histoire de la Bundesliga. Une première baffe suivie d’une seconde en toute fin de match, infligée par le trentenaire Stefan Kiessling (95e). Une leçon de réalisme offerte par les joueurs de Leverkusen devant un public médusé. Au pied du mur dès le début de la saison, Dortmund va pourtant très rapidement se relancer.

Lors de la deuxième journée, le Borussia se défait d’Augsbourg (2-3) puis s’impose facilement contre Fribourg la journée suivante (3-1). On pense alors que tout roule pour le club de la Ruhr. Grave erreur. Six matches de championnats plus tard, le bilan s’avère famélique (5 défaites, 1 nul, 0 victoire). Dortmund a non seulement perdu le derby face à Schalke (2-1) mais a également chuté contre des équipes largement à sa portée (Hambourg, Cologne ou encore Hanovre). A chaque fois le même problème, une domination hallucinante mais stérile. Des occasions en pagailles mais une finition dégueulasse.

Pourtant doté d’un des meilleurs effectifs de Bundesliga, le BVB a fait preuve d’un manque de sang-froid inexplicable. En tir à l'arc, « faire des jaunes » signifie mettre les flèches dans le mille. Et bien en ce moment, dans le championnat allemand de football, « se faire des jaunes » signifie mettre une bâche au Borussia Dortmund (15e). Complètement à la ramasse en championnat, Dortmund affiche un visage bien plus brillant dans les autres compétitions, c’est d’ailleurs là que le mystère s’épaissit.

...Mobile en Ligue des Champions (goal.com)
...Mobile en Ligue des Champions (goal.com)
Volte-face. Malade, la troupe de Jürgen Klopp semble avoir trouvé son médicament : les coupes. En effet, après chaque contre-performance en Bundesliga, le BVB montrait un tout autre visage en Ligue des Champions. Alors que l’on pourrait croire le niveau plus élevé, Dortmund nous a fait mentir en adoptant un rythme de sénateur (3 matches, 3 victoires). Impérial face à Arsenal (2-0), le BVB s’est particulièrement baladé dans la plus grande compétition européenne en humiliant Anderlecht (0-3) et Galatasaray (0-4), à l’extérieur s’il vous plaît !

On assiste-là, à un véritable dédoublement de la personnalité. On dit que la musique adoucit les mœurs, celle de la Ligue des Champions semble transcender les joueurs du club de la Ruhr. Les passes sont réussies, le jeu est fluide tout en restant simple et efficace. Les attaquants se régalent et les défenseurs restent infranchissables. La partition semble la même en coupe d’Allemagne où le BVB prend un malin plaisir à martyriser ses adversaires. D’ailleurs, Dortmund a déjà remporté un trophée. Il s’agit en effet de la Supercoupe allemande, glanée aux dépens du Bayern Munich (2-0) début août.  

Un adversaire que les jaunes et noirs retrouveront ce samedi, en championnat, pour tenter d’enrayer cette spirale négative plutôt inquiétante. Les hommes de Klopp vont devoir se regarder dans un miroir et se faire face, en prenant conscience qu’ils sont toujours les mêmes, dans n’importe quelles compétitions. Comme le dirait si bien François Hollande : « Le changement, c’est maintenant ». Amen.


Maxime Brandizi

     

Nouveau commentaire :

Dans la même rubrique :
< >

Mardi 23 Septembre 2014 - 11:00 Le football selon Bielsa

Lundi 24 Mars 2014 - 17:34 Classique !




FOOTBALL INTEGRAL : Football Intégral - Infos du jour est sorti de presse! https://t.co/YbXZUCcw3t
Samedi 18 Novembre - 13:44

AROUND THE GAME

DSCF6726
DSCF9182
DSCF6730
DSCF8081
DSCF9189
DSC_0529
DSCF9444
dar2
DSCF3670
darmstadt5
hann9
DSCF3364
hann20
DSCF9405
DSCF9444
DSCF9596
12
dortmund11
14
hann23
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
 
Facebook
Twitter
Rss
Mobile
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image