FOOTBALL INTéGRAL - Le football avec du coeur
Facebook
Twitter
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
Sociofoot
Mercredi 24 Septembre 2014

Éloge de l’esquive


"Éloge de l’esquive", d’Olivier Guez, édité chez Grasset, est un petit livre qui nous propose un voyage dans le temps à la recherche de l’essence même du football brésilien : le dribble.


Mané Garrincha, l'ange aux jambes tordues - www.whatsthefoot.com
Mané Garrincha, l'ange aux jambes tordues - www.whatsthefoot.com
L'auteur entame magnifiquement son ouvrage par un prologue consacré à "l’ange aux jambes tordues", Garrincha, l'icône du dribble brésilien. Mort le 20 janvier 1983 d’une cirrhose du foie, Garrincha, l’anti-héros à la "gueule de bagnard", fut désigné meilleur joueur de la Coupe du Monde 1962 au Chili qu’il gagna presque à lui tout seul. Véritable "footballeur dionysiaque", Garrincha aimait l’argent, l’alcool et les femmes, et rejetait toutes les exigences de ce football moderne qui commençait à pointer le bout de ses crampons. Fréquemment opposé à Pelé, plus lisse et plus carré, Garrincha symbolisait l’essence de ce football brésilien, que le cinéaste brésilien Walter Salles, passionné de football, définit comme une "victoire de l’intuition sur la raison".

Pour arriver à comprendre cet art du dribble et de l’esquive, l’auteur retrace en une centaine de pages l’histoire du pays auriverde, puisque pour lui, le dribble reste indissociable de l’histoire brésilienne, de ses luttes sociales et raciales.

Arthur Friedenreich, première star du football brésilien - www.lamedialunadelarea.wordpress.com
Arthur Friedenreich, première star du football brésilien - www.lamedialunadelarea.wordpress.com

Maîtriser l’art de l’esquive pour sauver sa peau.

L’histoire d’amour entre le Brésil et le football débute un jour de 1894, lorsque Charles Miller, âgé de 20 ans, débarque en provenance de Southampton, deux ballons dans ses bagages. Aux prémices du football brésilien, ce sport britannique est uniquement pratiqué par les élites et l’aristocratie du pays.
Les premiers clubs brésiliens seront créés au tout début du XXe siècle par les clubs de régates de Flamengo, Vasco de Gama et Botafogo. Rapidement, le jeu devient populaire. Prolétaires, bourgeois, Noirs et mulâtres s’y prêtent. Mais pour préserver leurs îlots blancs, les clubs de football ne tolèrent aucun homme de couleur dans leurs équipes, Fluminense leur refusant même l’accès au stade.  

Ce n’est peut-être pas un hasard si la première grande star du football brésilien était un mulâtre aux yeux verts. Fils d’un immigré allemand et d’une lavandière noire, Arthur Friedenreich (1892-1962) fut un "roi de l’esquive". Le dribble était sa façon à lui d’éviter les charges rugueuses de ses adversaires blancs, alors rarement sanctionnés. Né d’une invention de Noirs et de pauvres, le dribble, à la fois ruse et technique de survie, apparaît autant comme un jeu que comme une revendication sociale. Le joueur, tel l’homme noir qu’il est dans la vie, dribble alors sur le terrain pour "sauver sa peau".

C’est avec le début des années 1920 que le football brésilien, encore très marquée par le style britannique, se transforme pour devenir le futebol. Alors que le pays fait sa révolution culturelle en découvrant la dimension africaine de son identité (près de quatre millions d’Africains ont été "importés au Brésil) et en mettant fin à sa dépendance à l’Europe, le club de Vasco de Gama recrute les premiers joueurs de couleurs, dont Arthur Friedenreich, et ouvre la voie à un football brésilien multiculturel et professionnel. Peu à peu, le football brésilien s’inscrit dans l’air du temps, et les joueurs noirs deviennent rapidement les fers de lance de ce sport, tel Leônidas, le "diamant noir", meilleur buteur et meilleur joueur de la Coupe du Monde 1938. Emblème de ce futebol mulato, Leônidas verra d’ailleurs sa popularité utilisée par le Président Vargas comme promesse d’un avenir meilleur à la population noire brésilienne.

Utilisé pour flirter avec le hors-jeu, pour danser sur un fil le long d’une ligne de touche et faire tourner en bourrique les défenseurs adverses, le dribble reflète un trait de caractère très brésilien. Au foot, comme dans la vie, il faut savoir maîtriser l’art de l’esquive.

L’âge d’or du "futebol épicé".

Pour nous éclairer davantage sur le lien entre le geste technique et l’Histoire brésilienne, Olivier Guez relate sa rencontre avec l’anthropologue Roberto Da Matta, ancien élève de Claude Lévi-Strauss, connu pour ses travaux sur les ambiguïtés de la société brésilienne. Pour Da Matta, le dribble tient tout simplement de la prestidigitation, tant le joueur peut, grâce à ses pieds, monopoliser l’attention de l’adversaire et l’instrumentaliser à sa guise. Sur un plan strictement sociétal, le football, devenu démocratique, a permis à tous les Brésiliens d’avoir une chance de réussir grâce à leur corps et quelle que soit leur couleur de peau. Comme le souligne Da Matta, "avec le football et le dribble, les Brésiliens subliment leurs ambiguïtés, leurs tares et leur péché originel, l’esclavagisme".

Mêlant à plusieurs reprises foot, samba et capoeira, Olivier Guez nous explique que plus qu’un sport, le football brésilien est aussi un "art de la rue", où le dribble est synonyme d’agilité, de souplesse, de malice, et d’aventure. Il fait d’ailleurs remonter ce goût des Brésiliens pour le beau geste, l’exploit individuel et la culture du panache aux racines mêmes du Brésil, du temps où les Portugais voguaient sur les mers vers cette contrée lointaine et inconnue que sera le Brésil. Pour lui, et dans le cœur d’un grand nombre de passionnés de football, le grand footballeur ne peut être qu’un surdoué, un joueur facile, capable de gestes incroyables et "béni des Dieux" tels les Leônidas, Garrincha ou, plus près de nous, Ronaldinho ou Neymar Jr.

Après avoir déterré les origines de cet art de l’esquive et du dribble, Olivier Guez revient sur les nombreuses Coupes du Monde auxquelles le Brésil a participé, en s’attardant plus longuement sur celles de 1958, 1970 et 1982. Celle de 1958, la première pour les Auriverde, est celle de "l’âge d’or". Avec une équipe ultra-offensive, organisée en 3-2-5, le Brésil remporte la compétition et permet au pays tout entier de fêter ses héros Garrincha et Pelé.  Il faudra attendre le troisième titre brésilien et la Coupe du Monde 1970 pour que le monde entier se régale de ses gestes techniques brésiliens. En cet été 1970, durant lequel l’équipe de Pelé inscrit la bagatelle de 19 buts en 6 matchs en mondovision, le Brésil est désormais placé au centre du monde comme la puissance hégémonique du football. C’est "l’apogée du foot samba". La génération 82 et 86, de Zico et Socrates, à laquelle Olivier Guez voue un véritable culte, a également sa place dans cet ouvrage qui se lit le temps d’un match de football tout au plus.

Cette "éloge" nous raconte avec beaucoup de cœur et de passion ce que le dribble révèle de la culture et de la société brésiliennes. Il revient sur ses origines et évoque ses plus grands artistes footballeurs qui ont transformé ce sport en une "danse irrationnelle" et un "art sublime et puéril". Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si Olivier Guez entremêle régulièrement son récit footballistique et sociologique avec quelques digressions sur la samba, la bossa nova ou la capoeira. Véritable ode au football dionysiaque, "Éloge de l’esquive" est un pur moment d’alegria comme dirait les Brésiliens, un condensé d’essence brésilienne, sucrée, juteuse et exubérante.  


Olivier GUEZ, "Éloge de l'esquive", Grasset, 2014, 112 pages.
 
www.noticias.bol.uol.com.br
www.noticias.bol.uol.com.br

Guillaume Legueret

     

Nouveau commentaire :

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 27 Avril 2015 - 22:00 La Guerre des mondes




FOOTBALL INTEGRAL : Football Intégral - Infos du jour est sorti de presse! https://t.co/prt42mOoNX
Jeudi 21 Septembre - 09:43

AROUND THE GAME

DSCF6626
DSC_0557
DSCF3120
hann1
DSCF8081
DSCF9234
dortmund11
DSCF9641
DSC_0470
DSCF9521
11
DSCF9351
dortmund2
DSCF6689
celtic7
DSCF6726
DSCF3364
DSC_0703
16
DSC_0667
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
 
Facebook
Twitter
Rss
Mobile
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image