FOOTBALL INTéGRAL - Le football avec du coeur
Facebook
Twitter
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
Coupe des confédérations 2013
Jeudi 20 Juin 2013

Groupe A - Magnificence et désillusion


Après la première journée, les deux sélections les plus titrées en Coupe du monde pouvaient déjà se qualifier en cas de victoire. Opposées respectivement face au Mexique et au Japon, le Brésil et l'Italie partaient logiquement favoris dans ces rencontres. Pourtant, les deux équipes ont connu des fortunes diverses. Au final, elles se retrouveront bel et bien samedi prochain pour se disputer la première place du groupe.


Un Neymar pas épargné par les interventions rugueuses dans ce match (copadomundo.uol.com.br)
Un Neymar pas épargné par les interventions rugueuses dans ce match (copadomundo.uol.com.br)
Vous l'aurez compris, le Brésil est la première équipe qualifiée pour les demi-finales de cette Coupe des confédérations. On redoutait le feu de paille et le Brésil s'est montré flamboyant. Avec un Neymar encore plus inspiré que face au Japon, la sélection auriverde est en train de consumer tous les doutes. Déjà auteur d'une reprise de volée du pied droit digne des plus grands samedi dernier, le néo-catalan a remis ça hier du gauche. Moins spectaculaire que la dernière mais tout aussi géniale. Elle est en quelque sorte le point d'orgue d'un premier quart d'heure exemplaire de la part des Brésiliens, auteurs d'une pression de tous les instants sur les buts mexicains. 

Au bout du bout, la magnificence. Si le premier quart d'heure fut exemplaire, le reste du match ne l'a pas moins été côté brésilien. A l'exception de quelques moments de déconcentration ici ou là en milieu de seconde période, les hommes de Scolari ne se sont jamais montrés inquiétés. Barrera côté mexicain est sorti un peu du lot, mais il est difficile de retrouver une action vraiment dangereuse à mettre à l'avantage des coéquipiers de "Chicarito".

C'est ainsi que le Brésil, plein de talent mais pêchant quelque peu dans la finition s'acheminait tranquillement vers une courte victoire 1 à 0. Mais voilà, Neymar n'avait pas fini de briller. Une nouvelle fois sollicité côté gauche par l'un de ses coéquipiers, le prodige serré de près par deux défenseurs s'est illustré en s'ouvrant la voie tout seul par un double contact rien qu'à lui avant de centrer redoutablement pour Jô, qui n'avait plus qu'à la pousser au fond. Jô marquait ainsi son deuxième but de la compétition sur un caviar de qui? Neymar! Difficile de ne pas devenir fan après une telle action. 

Un match disputé pour une fin cruelle (www.directmatin.fr)
Un match disputé pour une fin cruelle (www.directmatin.fr)
Le Japon irrésistible jusque dans l'élimination. L'italie pensait sûrement pouvoir rentrer doucement dans son match, c'est peu de dire que ça n'a pas été du tout le cas. Pour ceux qui avaient la chance d'être réveillé à 00H00 pour suivre ce match, la surprise a du être de taille au bout de la première mi-temps. Le Japon était tout simplement survolté. Au pied du mur après sa défaite 3 à 0 contre le Brésil lors du premier match, la formation nipponne était devant l'Italie pendant un peu plus d'une mi-temps. Honda sur penalty à la 21ème minute et Kagawa à la 33ème minute ont mis leur équipe sur orbite.

Heureusement pour l'Italie, que Daniele de Rossi a pu réduire l'écart peu avant la pause sur corner (41ème). Sinon on peut et on pourra longtemps se demander ce qu'il serait advenu de cette partie. Car au retour des vestiaires, les Italiens sont revenus plus décidés, sûrement encore confiants de n'être mené que d'une longueur. Moins de dix minutes, c'est ce qu'il leur aura fallu pour revenir et passer devant le Japon en seconde période. D'abord par Ushida (c.s.c) à la 50ème minute de jeu et deux minutes plus tard par Balotelli sur penalty. 

Là, le Japon aurait pu se résigner, il est devenu irrésistible. On ne donnait plus cher de la formation nippone dans cette partie, mais elle a réussi dans un soir magique à nous faire rêver jusqu'au bout, jusque dans l'élimination. Car suite à son égalisation de la 69ème minute venue d'Okazaki, le Japon a tellement poussé que cela a fini par le sortir de la compétition, poteaux, barres transversales, que d'occasions pour les Japonais dans le dernier quart d'heure. A la fin, le réalisme froid des Italiens a eu raison de tout cela. Giovinco, par son but de la 86ème minute a envoyé l'Italie en demi-finales dans un final d'une implacable logique. Pourtant, à l'image du but refusé à Yoshida à la 89ème minute, le Japon a été valeureux, tout près de l'exploit.

Franck Guggisberg-Boukerdous

     

Dans la même rubrique :
< >



FOOTBALL INTEGRAL : Football Intégral - Infos du jour est sorti de presse! https://t.co/pzZ3Ti8ktq
Dimanche 22 Octobre - 13:44

AROUND THE GAME

019
DSCF6709
DSC_0470
darmstadt3
DSCF8116
augsburg4
DSCF7837
leverkusen 4
leverkusen 6
DSCF9519
5
DSCF9209
180
DSCF3217
DSCF9385
DSCF8020
DSC_0553
dortmund16
19
161
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
 
Facebook
Twitter
Rss
Mobile
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image