FOOTBALL INTéGRAL - Le football avec du coeur
Facebook
Twitter
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
Joyeux anniversaire
Mardi 5 Novembre 2013

Joyeux anniversaire, Abédi Pelé !


Abédi Pelé, un nom semble-t-il difficile à porter quand le "Roi" l'avait déjà tant sublimé. En réalité, ce n'est qu'un surnom. Un surnom venu du plus beau théâtre de football au monde, la rue. Oui, comme bon nombre de joueurs de football, Abédi Ayew de son vrai nom a débuté le football dans les quartiers pauvres, là où le rêve se confond souvent avec une certaine forme de mimétisme. De là, il a gravi les échelons jusqu'à voir ce surnom être floqué sur le maillot de l'Olympique de Marseille, club où ses fils jouent actuellement les vedettes. Aujourd'hui précisément, Abédi fête surtout ses 49 ans, l'occasion pour FI ou d'autres de lui rappeler qu'il a compté et comptera encore longtemps aux yeux des amoureux du foot.


(‪www.oldschoolpanini.com‬)
(‪www.oldschoolpanini.com‬)
Un surnom plus qu'évocateur. Chaque décennie de football entraîne la naissance d'homonymes. Quand aujourd'hui on parle de Ronaldo, souvent cette question intervient: "Duquel on parle, du vrai Ronaldo?". Immanquablement. A quoi, certains aux avis très tranchés réagiront viscéralement et resteront sur leurs positions en fonction purement et simplement de leurs goûts, tandis que d'autres choisiront plus sagement la vérité du palmarès. Peu importe la gloire et les années, il n'y a pas de "vrai" ou de "faux" Ronaldo. En revanche, on peut véritablement parler de "vrai" et de "faux" Pelé. Le premier, le "Roi" donc,  a remporté trois Coupes du Monde. L'autre, non sans démériter, Abédi Pelé, a réalisé quelque chose allant bien au-delà des trophées, bien que, on le verra plus tard, il en ait remporté une bonne panoplie. En effet, en ayant été l'un des premiers joueurs africains à s'imposer en Europe, le Ghanéen a ouvert la voie à tout un continent, qui aujourd'hui est l'un, si ce n'est le plus important vivier de footballeurs de haut niveau au monde. 

A la base, symboliquement surnommé "Pelé" par ses camarades de jeu pour sa technique flamboyante et sa vivacité dans le dribble, Abédi Ayew est, à l'instar de son homonyme brésilien, repéré très jeune dans son pays. A seulement 17 ans, en 1978, il signe son premier contrat pro au Real Tamale United, un club se situant au nord du Ghana et qui venait d'être fondé à l'époque. Quatre ans plus tard, il remportera ce qui reste à ce jour la dernière CAN soulevée par les "Black Stars". A la suite de cette belle épopée, le père des frères Ayew s'envole pour le Qatar et le club de Al Saad Doha, il n'y disputera que huit rencontres. Le temps pour lui de quand même inscrire sept buts et de remporter la coupe locale. Après quoi il s'envole pour une saison en Suisse, au FC Zürich, avant d'en repasser deux autres en Afrique, successivement au Bénin avec les Dragons de l'Ouémé, ainsi qu'aux côtés de ses anciens coéquipiers du Real Tamale United. 

Coupure de presse datant de 1988, peu après le départ d'Abédi Pelé à Lille (‪www.oldschoolpanini.com‬)‬
Coupure de presse datant de 1988, peu après le départ d'Abédi Pelé à Lille (‪www.oldschoolpanini.com‬)‬
Après ces quatre années, durant lesquelles Abédi Pelé a quelque peu bourlingué dans l'espoir de trouver chaussure à son pied, il se décide à faire le grand pas de tenter sa chance dans le championnat de France. Une saison avec le Chamois niortais FC en 1986 et une autre avec le FC Mulhouse en 1987 suffisent à taper dans l'oeil de l'Olympique de Marseille. La promesse d'un bel avenir pour le natif de Domé. Un avenir doré, qui se dessinera dans un premier temps sous un ciel noir du côté de la Canebière. En effet, le Ghanéen ne sera aligner qu'à treize reprises sans marquer le moindre petit but. Les journaux de l'époque rapporteront un certain rejet de la part du vestiaire marseillais, notamment de la star de l'époque, Jean-Pierre Papin. Abédi Pelé le confiera lui-même, comme on peut l'apercevoir sur la coupure de presse ci-dessus. Son départ à Lille prend des allures d'exil, il durera deux ans. 

Cliché légendaire d'un duel entre Abédi Pelé et Zinédine Zidane, durant les belles années marseillaises du Ghanéen (‪lefootselontrifon.blogspot.com)
Cliché légendaire d'un duel entre Abédi Pelé et Zinédine Zidane, durant les belles années marseillaises du Ghanéen (‪lefootselontrifon.blogspot.com)
«Je me sens beaucoup mieux ici (Lille) qu'à Marseille. En fait, je ne pouvais plus rester là-bas, d'autant que Papin me détestait. Avec lui, je m'accrochais tout le temps. Il y a même eu des coups à l'entrainement. Il est le patron de l'équipe. Alors, il fallait que je parte... » Abédi Pelé


Abédi Pelé lors de son passage au Münich 1860 (‪www.bild.de)
Abédi Pelé lors de son passage au Münich 1860 (‪www.bild.de)
On ne peut bien sûr pas s'empêcher de dresser un parallèle avec la situation du père Ayew à l'époque et celle de son fils Jordan aujourd'hui, dans la mesure où tout juste la semaine dernière, un début de polémique a éclaté au sujet d'un climat d'irritabilité entre le meneur de jeu olympien actuel Mathieu Valbuena et le jeune attaquant Jordan Ayew. Parallèle qui, cependant, soulève une grande différence entre les deux situations. Jordan pourra, contrairement à son père, compter sur un soutien des moins anodins, son grand frère André. 

Quoique, si l'on réfléchit bien, au final, le fait d'avoir été écarté de Marseille dans un premier temps se sera plutôt révélé bénéfique par la suite. En effet, en deux saisons avec le Losc, Abédi Pelé inscrira la bagatelle de 21 buts en 52 matches. Assez pour reconquérir le coeur du club olympien, qui le rapatrie. Dès ce moment-là, l'histoire entre les deux protagonistes va prendre une toute autre tournure. Le Ghanéen va devenir, peut-être pas pour le monde entier, mais en tout cas à Marseille, le roi. Son hégémonie durera trois ans. Il connaîtra alors deux finales de ligue des champions, une perdue contre l'Etoile Rouge de Belgrade en 1991 et une remportée en 1993 face au grand Milan AC dirigé par Fabio Capello. C'est d'ailleurs lui qui aura délivré la passe décisive sur corner pour la tête de Basile Boli, seul buteur de cette finale. Entre autres, on peut aussi relever que durant ses trois saisons disputées sous les couleurs de l'OM entre 1990 et 1993, Abédi Pelé a à chaque fois remporté le titre national avec l'équipe phocéenne. 

Glorifié sportivement et relégué administrativement la même année, le club olympien déchante et ses champions sont forcés de prendre le large. Abédi, lui, est transféré à Lyon mais n'y reste qu'une seule saison, comme d'habitude serait-on tenter de dire? Il ne marque que trois buts en trente et une parties, l'envie n'est plus la même et un nouveau défi s'impose. Il s'en va en Italie, au Torino. Là-bas, on retrouvera le joueur adroit, élégant et fougueux que l'on connaissait dans le sud de la France. Après deux saisons ponctuées d'un titre de meilleur joueur étranger de Série A, il posera ses valises en Bavière, au Münich 1860. Aimé et estimé dans "l'autre club de Münich", Abédi Pelé ne réussira pourtant pas à reproduire ses exploits antérieurs et finira par terminer sa carrière aux Emirats Arabes Unis, à l'aube des années 2000.  

Abédi Pelé dans le XI de légende du jeu vidéo "FIFA" (www.youtube.com)
Abédi Pelé dans le XI de légende du jeu vidéo "FIFA" (www.youtube.com)
Bien que sa carrière souffre de prime abord d'un aspect chaotique, elle aura en vérité inspiré toutes les générations suivantes de jeunes joueurs africains qui rêvaient de succès sur le Vieux Continent, mais aussi et surtout, les recruteurs européens, avides de débusquer le nouveau "Pelé africain". Car, dans le fond, on peut aisément remarquer qu'il n'aura fallu que trois saisons au Ghanéen pour époustoufler tout son monde, puisque, entre 1990 et 1993, il aura glané trois ballons d'or africains consécutifs. De plus, il est encore à ce jour le détenteur du record de participation à la CAN avec cinq campagnes. Nul doute que si à l'époque le règlement du "Ballon d'Or France Football" avait permis aux joueurs non européens de pouvoir prétendre au titre, Abédi Pelé aurait dû en être récompensé. Peu importe, il restera indubitablement à jamais dans la mémoire collective. En atteste sa présence depuis de nombreux opus du jeu vidéo FIFA dans le désormais fameux XI de légende. Pour tout cela, FI vous souhaite un très joyeux anniversaire M. Ayew! 



Franck Guggisberg-Boukerdous

     

Nouveau commentaire :

Dans la même rubrique :
< >

Samedi 25 Janvier 2014 - 08:30 Eusébio, adieu l'artiste

Vendredi 28 Juin 2013 - 19:42 Joyeux anniversaire, "Chappi" !




FOOTBALL INTEGRAL : Football Intégral - Infos du jour est sorti de presse! https://t.co/pzZ3Ti8ktq
Dimanche 22 Octobre - 13:44

AROUND THE GAME

DSCF3151
7
DSCF0763
DSCF9501
051
DSCF6761
dortmund5
DSC_0543
180
138
DSC_0557
DSC_0563
DSCF9225
DSC_0703
darmstadt
DSC_0671
DSCF6743
DSCF6694
DSC_0442
DSCF9688a
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
 
Facebook
Twitter
Rss
Mobile
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image