FOOTBALL INTéGRAL - Le football avec du coeur
Facebook
Twitter
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
Au coeur de l'Amérique latine
Mercredi 10 Juillet 2013

L’amour du maillot


Le tour estival sud-américain de FOOTBALL INTéGRAL continue avec une étape au pays de la bonne viande et de Maradona, l’Argentine. Notre site parlant du football avec le cœur, c’est tout naturellement que nous allons présenter un club mythique argentin, où prime la passion, le cœur et l’esprit d’équipe : Newell’s Old Boys.


La ville de Rosario (photo: Cristian Bellosta)
La ville de Rosario (photo: Cristian Bellosta)
Rosario est une ville se trouvant dans la province de Santa Fé, qui compte un peu plus d'un million d’habitant. Elle est située au centre-est de l’Argentine et se trouve à quelques encablures (300km) de la capitale Buenos Aires. Cette cité n’est pas vraiment un passage touristique, n’ayant pas un site particulièrement intéressant à proposer, comme pourrait l’être les chutes d’Iguazu, Buenos Aires ou la Patagonie. Le site le plus connu s’appelle « El Monumento a la bandeja ». C’est à cet endroit que s’est créé, il y a 201 ans, le drapeau de la nation argentine. Ce qui fait la richesse de la ville, c’est sa culture. On trouve bon nombres de musées, bibliothèques, universités, parcs et, bien sûr, des équipes de football.

Le football à Rosario équivaut à une religion. Cette passion est énorme auprès de la population, tant auprès des femmes que des hommes. FI a eu la chance de rencontrer un ex-joueur qui a fait toutes ses classes junior dans le club jusqu’en réserve, avant de devoir ranger ses crampons suite à des blessures à répétition. Tout au long de ce reportage, Cristian Bellosta nous fera vivre son club de Newell’s, sa passion pour lui et nous expliquera pourquoi tout le monde devrait devenir fan de « son » équipe.
Newell's une religion aussi féminine que masculine (photo: CB)
Newell's une religion aussi féminine que masculine (photo: CB)

« La ville est divisée en deux » Cristian Bellosta, ex-joueur de Newell’s
 
C’est assis à une table sur une terrasse, bière à la main, de Carthagène en…Colombie que Cristian, argentin à descendance italienne, nous conte « son » histoire. « Il faut savoir que la ville de Rosario est divisée en deux. Il y a les fans de Rosario Central et ceux de Newell’s. La différence est bien marquée entre nous, il y a une sorte de ligne imaginaire qui découpe notre cité ». Le décor est planté. « En premier lieu, il faut savoir pourquoi on nous appelle « Les Leprosos ». En 1932, les clubs de Rosario devaient s’affronter pour une œuvre de bienfaisance pour aider les lépreux. Newell’s voulait jouer le match mais Central a refusé et depuis le nom est resté ». Et avec un petit sourire malicieux, il explique que l’équipe rivale s’appelle « Les Canallas » qui signifie les canailles. Les argentins, la fierté de l’équipe et la haine envers son meilleur ennemi; une belle histoire.

Un club, une passion (photo. Newell's)
Un club, une passion (photo. Newell's)
« 36h de bus pour 2h de football »
 
FI lui a demandé pourquoi cette passion pour Newell’s; voici la réponse de l’intéressé : « Cela découle d’une logique, je viens du quartier de ce club, ma famille est pour eux et aussi l’histoire du club teintée de passion et de culture footballistique ». Dans ces plus belles années de « hincha », Cristian était prêt à de grands sacrifices pour voir son équipe. « Les déplacements sont longs en Argentine. On pouvait faire jusqu’à 36h de bus pour voir nos joueurs fétiches à l’œuvre. Cela fait 36h de bus aller-retour pour 2h de match, c’est beaucoup, mais à cette époque je ne comptais ni le temps ni l’argent pour Newell’s ».

« J’ai joué avec Messi »

Rosario, c’est aussi la ville où est né Lionel Messi. Il a joué jusqu’à l’âge de 12 ans pour Newell’s. En 2011 le détenteur du ballon d’or déclarait « Depuis tout petit, je rêve de rejouer en Argentine et en particulier au club de mes débuts : Newell’s Old Boys. Je veux vraiment expérimenter la sensation de jouer pour eux ». Les fans sont déjà prêts à l’accueillir à bras ouverts. Cristian serait enchanté de voir le retour de Messi dans son club : « il ferait un grand bien à notre club c’est sûr, il est quatre fois ballon d’or. C’est le meilleur et pourrait nous apporter de grandes choses. Quand je jouais en junior j’ai joué avec lui. C’était un génie dès son plus jeune âge, il nous tournait autour et pourtant je suis plus âgé que lui de un an ». A l’âge de 12 ans, Lionel Messi a été acheté par le FC Barcelone au club de Newell’s. Le club catalan était prêt à lui payer son traitement contre une maladie hormonale qui retardait sa croissance. Cela s’appelle un bon retour sur investissement.

Cristian raconte une anecdote de son enfance, balle au pied. « En 1994, Diego Maradona est venu jouer au club, seulement une saison. Lors de son match de présentation, j’ai eu le privilège d’être au même moment que lui sur le terrain. Ce moment restera à jamais gravé dans ma mémoire » raconte-t-il le regard pétillant.
A 6 ans Cristian balle au pied. (photo: CB)
A 6 ans Cristian balle au pied. (photo: CB)

Marcelo Bielsa, Monsieur Newell’s

Il y a de ses entraineurs qui savent apporter à un club la magie, la passion et le savoir-faire qui peut pousser une équipe de bas ou milieu de classement à se surpasser afin de lutter jusqu’au triomphe. Marcelo Bielsa en fait partie. « El loco », c’est son surnom, n’est pas un de ses techniciens de renommée internationale, mais à son rythme il a apporté sa vision du football aux équipes qu’il a entraînées. Bielsa est le type d’entraîneur qui veut tout contrôler et tout savoir. Il fait répéter à ses joueurs les mêmes gestes une centaine de fois lors d’une session d’entraînement. Il a des espions partout pour observer ses futures recrues ou ses adversaires à venir. Pour confirmer le surnom que porte Bielsa, « le fou », Cristian conte l’histoire de son père « Un ami est rentré une fois dans son bureau. Il y avait contre le mur des étagères remplies de VHS avec les gestes de centaines voire même de milliers de joueurs ».

Marcelo Bielsa (photo: lavanguardia.com)
Marcelo Bielsa (photo: lavanguardia.com)
L’histoire de Bielsa, elle, a commencé à Rosario. Son père était pour Central, il a décidé d’être pour Newell’s, Une fierté de plus pour le club ! Cristian nous parle avec fierté de cet entraîneur à succès : « Bielsa, c’est celui qui a apporté le succès à notre équipe. Il a repris l’équipe en 1991. C’était sa première expérience en tant que coach, il a dès sa première année offert le championnat à Newell’s. L’année suivante, il a amené l’équipe en finale de la Copa Libertadores. Pour nous c’est un Dieu, beaucoup de nos supporters se font tatouer son nom ou carrément son visage ». Une preuve de plus de la passion qui nourrit le peuple argentin à l’égard de son équipe fétiche.

« Gagner la Copa Libertadores »

Et que pourrait-on souhaiter de mieux au club pour les années à venir ? « Gagner la Copa Libertadores, on a échoué en finale et on veut la gagner » clame-t-il haut et fort. Un rêve, encore possible, l’équipe est en demi-finale de la prestigieuse coupe continentale. C’est tout le bien qu’on souhaite à cette équipe qui met la passion, l’esprit d’équipe et le cœur en avant
El sueño de los hinchas de Newell's el trofeo de la Copa Libertadores. (photo: citifutbol.blogspot.com)
El sueño de los hinchas de Newell's el trofeo de la Copa Libertadores. (photo: citifutbol.blogspot.com)


     

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 6 Décembre 2013 - 18:35 Imprévisible argentine - épisode 2

Dimanche 1 Décembre 2013 - 21:35 Imprévisible argentine




FOOTBALL INTEGRAL : Football Intégral - Infos du jour est sorti de presse! https://t.co/pzZ3Ti8ktq
Dimanche 22 Octobre - 13:44

AROUND THE GAME

DSCF3508
DSCF7864
8
DSC_0671
hann9
5
200
DSCF3452
DSCF9585
fanhaus
DSCF9521
DSCF7917
DSC_0529
hann23
217
DSCF6763
DSCF9176
hann5
DSCF0763
DSC_0454
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
 
Facebook
Twitter
Rss
Mobile
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image