FOOTBALL INTéGRAL - Le football avec du coeur
Facebook
Twitter
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
Série A
Lundi 12 Novembre 2012

La Lazio souveraine


La 12ème journée de Série A a confirmé la tendance de ce début de saison. La Juventus maintient son rythme de champion, la Fiorentina continue d'impressionner et le Milan AC n'y arrive toujours pas. Au programme, il y avait également un alléchant derby romain qui a vu la Lazio s'imposer pour la troisième fois de suite en championnat face à sa sœur ennemie.


La Lazio souveraine
On aurait pu imaginer un déclin turinois après le regrettable faux-pas face à l'Inter le week-end dernier. Visiblement, le mot "défaite" n'est pas prêt d'entrer dans le quotidien du club piémontais. C'est en véritables professionnels que se sont comportés les Turinois cette semaine, tout d'abord en remportant de brillante manière trois précieux points en Ligue des Champions mercredi dernier au Juventus Stadium, et ensuite en allant infliger une véritable leçon de football (6-1) au promu Pescara dans son "Stadio Adriatico". A noter dans ce match le remarquable triplé de Fabio Quagliarella, qui confirme un peu plus son importance à la pointe de l'attaque turinoise. 

Fait en revanche moins marquant de cette journée, le match nul (0-0) concédé par Cagliari sur sa Pelouse contre Catane, qui laisse les deux équipes bien au chaud dans le ventre mou du classement. Les "Bianconeri", quant à eux, caracolent toujours en tête de ce championnat d'Italie avec 31 points sur 36 possibles jusqu'à maintenant. 

La viola fêtant le but de Valero(Source : ibnlive.in.com)
La viola fêtant le but de Valero(Source : ibnlive.in.com)
Que se passe-t-il au Milan AC? Le constat est douloureux; le club lombard pointe à une inhabituelle 13ème place. Certes, les départs de piliers tel que Zlatan Ibrahimovic et Thiago Silva conjugués à une adaptation difficile des recrues ont du faire beaucoup de mal au vestiaire milanais. Néanmoins, la situation se veut de plus en plus inquiétante car elle dure. Pourtant, le week-end dernier offrait certains motifs de satisfaction et portait à croire que les "Rossoneri" avaient enfin lancé leur saison

C'était sans compter sur des Florentins qui ne finissent pas d'impressionner  en ce début de saison. Les protégés de Vicenzo Montella ont en effet un peu plus plongé les Milanais dans la tourmente en leur faisant subir leur sixième défaite de rang, la quatrième à domicile. C'est d'ailleurs un ancien pensionnaire de San Siro (Alberto Aquilani), qui avait ouvert la marque pour la Viola à la 10ème minute à la suite d'un centre venu de l'aile droite. Ses Coéquipiers "Valero" et "El Hamdaoui" aggravaient le score plus tard dans la rencontre. Gianpaolo Pazzini, entré à la mi-temps en lieu et place d'Alexandre Pato, réduisait l'écart d'une frappe à bout portant rendue possible par un service de l'inévitable El Sharaawy. Cette victoire permet ainsi à la Fiorentina de rester au contact du podium à deux petits points du Napoli. Le Milan AC est lui distancé de douze points par le trio de tête.

Et si la ville de Gênes n'était plus représentée la saison prochaine au plus haut niveau? C'est la question inaudible et improbable qui commence à investir l'esprit des supporters du Genoa et de la Sampdoria. Bien qu'il soit encore beaucoup trop tôt pour condamner les deux équipes, leurs derniers résultats (Genoa 2-4 Naples; Palerme 2-0 Sampdoria) et leurs classements respectifs font peur. Le Genoa se trouve à une déplorante 18ème place en comptabilisant seulement neuf points et son voisin ne fait guère mieux en occupant la 17ème place avec un point de plus. Habituées plutôt à se disputer une place en milieu de tableau voire une place européenne, les deux formations risquent fort de continuer à batailler le reste du championnat pour sauver leur présence en Série A, quitte à entrainer la chute de l'une d'entre elle. De quoi renforcer une rivalité déjà très affirmée. D'autant plus que le prochain match au programme des deux équipes n'est autre que... Sampdoria-Genoa!

Quatre autres rencontres un peu moins significatives se déroulaient sur les pelouses italiennes ce dimanche. Le Chievo Vérone et l'Udinese se sont neutralisés (2-2) avec un doublé de Angella côté udinois. A Parme, on a pu assister à peu près au même scénario que celui présenté au Stadio Is Arenas de Cagliari, c'est à dire deux formations se séparant sur un score nul et vierge. Ce résultat n'arrange évidemment pas Sienne qui espérait sûrement mieux de ce déplacement en terres parmesannes. Les Siennois sont donc toujours suspendus à leur statut de lanterne rouge de Série A.

Tandis que le Torino confirme son bon match nul réalisé à Naples le week-end dernier en gagnant cette fois chez lui (1-0) contre Bologne, l'Inter manque le coche et se fait surprendre à son tour par l'Atalanta de Bergamme qui accompli un excellent début de championnat. Les "Nerazzuri" perdent en quelque sorte l'avantage comptable acquis à Turin il y'a une semaine. Ils restent cependant dans la peau du poursuivant, toujours en embuscade à quatre points de la "Vieille Dame". Grâce à sa victoire du jour et en profitant aussi un peu de la défaite de l'AS Rome dans le derby romain, l'Atalanta s'installe elle à une confortable 6ème place. 

Moins médiatique qu'un Réal Madrid-FC Barcelone ou qu'un Manchester City-Manchester-United, le derby romain n'a pourtant rien à leur envié. C'est en effet pour ce genre de rencontres que le football de haut niveau existe. Supporters, dirigeants, presses et parfois même hommes politiques se livrent à des échanges en tout genre autour de ce mot "derby". La preuve s'il en était avec la rencontre opposant ce dimanche la Lazio de Rome à sa soeur ennemie l'AS Rome. 

Les vingt premières minutes laissaient pourtant présager un match plutôt fair-play, qui semblait faire abstraction des pressions extérieures. Le jeune et talentueux attaquant argentin de l'AS Rome Erik Lamela avait ouvert très tôt le score (9ème minute). Ce n'est même pas ce but qui a mis le feu aux poudres. La tension est en réalité monté petit à petit dans ce match jusqu'à atteindre de tristes bas-fonds. On pouvait compter rien qu'à la mi-temps pas moins de trois cartons par équipe, dont un de couleur rouge pour De Rossi (Roma). Attention quand même à ne pas s'attarder uniquement sur les faits divers de cette première partie de match; les buts étant également au rendez-vous. Candreva égalisait pour la Lazio à la 35ème minute et Miroslav Klose venait donner l'avantage à son équipe juste avant la pause.

Au retour des vestiaires, ceux qui attendaient une réaction de la "Louve" ont du être déçu. C'est plutôt la Lazio qui a su se montrer assez incisive pour enfoncer le clou et porter le tableau d'affichage (3-1) en sa faveur. M.Pjanic, entré en cours de jeu à la place de Totti, n'aura pas quitté le banc pour rien puisqu'il réduira la marque en toute fin de match peu après l'expulsion de Mauri à la 85ème minute. Globalement, le scénario de ce derby pourrait se résumer à un match où l'enjeu a remplacé le jeu. Au classement, la situation des deux clubs n'évolue pas considérablement. La Lazio reste 5ème et la Roma perd une place pour se retrouver 7ème. Cinq points séparent désormais les deux équipes.

Un homme: Miroslav Klose

(Source: zimbio.com)
(Source: zimbio.com)
Ce n'est pas forcément le nom que l'on retrouve chaque année dans les petits papiers du ballon d'or. Pourtant, au fil de sa carrière, Miroslav Klose a su se faire une réputation du même métal que le ballon qu'il ne recevra sûrement jamais. Ayant réalisé le plus gros de ses exploits en térritoire allemand, il continue encore aujourd'hui d'enchanter les "tiffosi" qui viennent le voir le temps d'un match ou d'une saison pour les plus fidèles. Ce joueur incarne véritablement une catégorie qui tend à disparaître dans les décennies à venir, celle des "pré-retraités" du football. En effet, on lance de plus en plus en jeune et on fait partir en retraite de plus en plus tôt. Miroslav Klose apparaît donc comme un de ces joueurs qui se donne encore le droit de briller et de montrer que le physique suit encore à 35 ans, surtout pour un attaquant ! Preuve en date lors de ce derby, où l'homme aux soixante-sept buts avec la "Mannschaft" a fait profité à son équipe de toute son expérience pour aller inscrire un but plein de malice. Comme quoi, le talent, ça se conserve.


Franck Guggisberg-Boukerdous

     

Nouveau commentaire :

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 5 Mai 2014 - 08:00 30 jours de Série A: Le règne continue

Vendredi 4 Avril 2014 - 10:00 30 jours de Série A: Victoire par K.O.




FOOTBALL INTEGRAL : Football Intégral - Infos du jour est sorti de presse! https://t.co/YbXZUCcw3t
Samedi 18 Novembre - 13:44

AROUND THE GAME

DSC_0549
DSC_0701
dar12
DSCF6623
dar3
DSCF6181
DSCF3364
15
darmstadt4 (2)
DSCF9237
DSC_0633
12
DSCF9629
DSCF3120
DSCF0867
DSCF6730
DSCF7922
dar7
bayern1
DSC_0553
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
 
Facebook
Twitter
Rss
Mobile
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image