FOOTBALL INTéGRAL - Le football avec du coeur
Facebook
Twitter
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
Viscéral
Vendredi 13 Septembre 2013

La Panthère stéphanoise - épisode 2 - Bafétimbi Gomis


C’est très certainement LE feuilleton de l’été du côté de Lyon. Un épisode dont ce serait bien passé le club rhodanien, à la recherche d’une nouvelle dynamique. Entre Aulas et Gomis le torchon a longtemps brûlé avant de s’éteindre petit à petit. La tentative du président visant à pousser son joueur vers la sortie a lamentablement échoué, laissant le club dans un profond malaise. Maintenant, il va falloir très vite oublier car le championnat ne fait que débuter et il y a déjà urgence. Qu’il semble loin le temps où Lyon dominait le football français.


L’instinct du buteur. Souvent raillé et critiqué, Bafétimbi Gomis a toujours suivi son instinct et ses convictions. Le natif de la Seyne-sur-Mer (Var) est très vite repéré par les dirigeants de l’AS Saint-Etienne, qui lui permettent d’intégrer le centre de formation des Verts. Très peu utilisé par la suite, le club stéphanois décide de le prêter quelque temps à Troyes. Le jeune Gomis découvre alors la Ligue 2 et son ratio se révèle être plutôt correct (6 buts en 13 matchs).

Son retour à Saint-Etienne (2007) coïncide avec le départ de Piquionne et, de ce fait, lui assure une place de titulaire au sein de l’équipe première. Il terminera troisième meilleur buteur du championnat (16 buts), à égalité avec un certain Djibril Cissé. L’été suivant (2008), le joueur entame un bras de fer avec ses dirigeants qui souhaitent le conserver. Néanmoins, un accord est trouvé fin juillet avec l’Olympique Lyonnais et Gomis s’engage avec les Gones pour cinq ans et un montant estimé à 15 millions d’euros.

Rupture éternelle entre Gomis (à gauche) et Aulas (à droite) ? (foot01.com)
Rupture éternelle entre Gomis (à gauche) et Aulas (à droite) ? (foot01.com)
Ombre et lumière. L’apprentissage sera long et intense. En effet, le public lyonnais a la dent dure concernant le transfuge de Saint-Etienne et chacune de ses performances sera analysée, sans trop d’impartialité. Malgré cela, « Bafé » travaille avec acharnement et marquera une vingtaine de buts lors de ses deux premières saisons en Ligue 1 avec le club rhodanien. L’arrivée de Rémi Garde en remplacement de Claude Puel (2011) permet à Gomis de se libérer un peu plus et de mieux gérer la pression. Il inscrira d’ailleurs un quadruplé lors d’une rencontre de Ligue des Champions face au Dinamo Zagreb, remporté très (trop ?) facilement par Lyon (1-7). C’est le septième joueur à réussir cet exploit. Mais le meilleur est à venir. Le pire aussi.

Lors de la saison suivante, « la panthère » assène pas moins de seize coups de griffes et devient le meilleur buteur français en activité en Ligue 1. C’est à ce moment précis que les choses se compliquent. En proie à des difficultés financières, le club de J.M Aulas décide de dégraisser et de rajeunir l’effectif, histoire d’assainir les comptes. Exit les Lovren, Lopez, Bastos, etc… et donc Gomis. Néanmoins, le français d’origine sénégalaise peine à trouver un accord avec son club.

Pour Aulas, la situation est claire : soit Gomis prolonge, soit il part. Il peut également prolonger et partir mais le président ne veut pas qu’il parte « libre ». Le joueur n’accepte pas la prolongation de contrat tant désirée par le club. Approché par Marseille, le Shakthar Donetsk ou encore Cardiff, Gomis semble être tombé d’accord avec Newcastle. Là encore, des problèmes contractuels viendront perturber les négociations (prétentions salariales).

(sofoot.com)
(sofoot.com)
Le retour du banni. Ce transfert finalement avorté, s’en suit un piètre numéro de la part de Jean-Michel Aulas. En effet, selon le président de Lyon, c’est l’OM qui aurait fait couler l’affaire en proposant une dernière offre censée déstabiliser les négociations. Il déposera d’ailleurs une plainte auprès de la LFP (Ligue de Football Professionnel). Plainte que le club lyonnais retirera quelques semaines plus tard.

Avant cela, le président des Gones n’a également eu de cesse de critiquer ouvertement Gomis dans la presse et via les réseaux sociaux. « […] Il ne fête même plus ses buts avec le groupe et ne salue pas son coach quand il sort » ou encore « Une dernière fois, Bafé est placé sur la liste des transferts car il est en concurrence avec Licha, sans avoir voulu re-signer, et il y a 3 jeunes [...] départ obligatoire ! ». Des saillies visant à perturber le joueur et qui n’ont fait que renforcer un peu plus l’ambiance délétère qui règne au sein du club.

Néanmoins, tout ce battage médiatique n’aura pas servi à grand-chose. N’ayant pas réussi à vendre son attaquant  avant la fin du mercato et voyant son équipe s’égarer (Lyon a échoué en barrage de la Ligue des Champions), Aulas décide de rappeler Gomis en équipe première. Après l’avoir écarté du groupe pro (le privant ainsi de la préparation estivale) et de l’avoir envoyé en équipe réserve, le président retourne sa veste. Mais à quel prix ? Car démuni de joueurs expérimentés en attaque, la seule recrue lyonnaise, c’est finalement Gomis. Il va maintenant falloir « tourner une page écrite à l’encre de la douleur et tout faire pour remplir les suivantes avec de la couleur » (Flynt).


Maxime Brandizi

     

Nouveau commentaire :

Dans la même rubrique :
< >

Mardi 10 Septembre 2013 - 00:00 La Taupe lyonnaise - épisode 1 - Jean-Michel Aulas

Vendredi 17 Mai 2013 - 17:48 Le sang de l'Ecosse - épisode 2 - David Moyes




FOOTBALL INTEGRAL : Football Intégral - Infos du jour est sorti de presse! https://t.co/kzK4DQTOKp
Lundi 25 Septembre - 09:43

AROUND THE GAME

DSCF9209
hann8
DSCF9246
leverkusen 7
21
DSCF6709
DSCF6696
hann26
DSCF6756
DSC_0514
DSCF9560
7
DSCF8081
228
dortmund16
DSCF6623
019
hann11
DSCF9237
DSC_0529
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
 
Facebook
Twitter
Rss
Mobile
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image