FOOTBALL INTéGRAL - Le football avec du coeur
Facebook
Twitter
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
Dossier : L'âge d'or de l'Equateur
Jeudi 11 Avril 2013

La "Tri"; rien à perdre, tout à prouver


La sélection équatorienne n’ait, de loin, pas une grande nation du football sud-américain. Et pourtant, son classement FIFA actuel, 11ème, tend à prouver le contraire. La "Tri", son surnom, si elle confirme son début de tournoi qualificatif, pourrait atteindre le graal : se qualifier pour sa 3ème coupe du monde.


L’équipe nationale d’Equateur ne peut pas se targuer d’un palmarès international très étoffé : deux petites participations récentes à la coupe du monde (2002, 2006), dont un huitième de finale lors de l’édition en Allemagne (défaite contre l’Angleterre 1-0). De même, l’équipe a de la peine à tirer son épingle du jeu lors de la Copa America (équivalent sud-amércain du championnat d'Europe des nations). Depuis 1997, elle n’a pas su passer le premier tour. Son meilleur résultat dans cette compétition reste une 4ème place obtenue en …1993, alors que la compétition se déroulait sur ses terres.

Le sélectionneur Reinaldo Rueda (Photo : metroecuador.com.ec)
Le sélectionneur Reinaldo Rueda (Photo : metroecuador.com.ec)
Des progrès flagrants. En août 2010, après l’échec de la non-qualification au mondial, un nouvel entraîneur est nommé. Il s’agit du colombien Reinaldo Rueda. Cet entraîneur à succès a notamment mené le Honduras à la coupe du monde 2010 en Afrique du Sud. D'ailleurs, la Suisse devrait s'en souvenir; elle a buté contre cette solide équipe lors de l’ultime journée des phases de poule et a perdu toutes ses chances de qualifications pour les huitièmes de finale.

« nos derniers résultats s’expliquent par un travail collectif minutieux, nous avons su mûrir avec patience et aujourd’hui nous récoltons les résultats » Oswaldo Minda

Les débuts du nouvel entraîneur s’avèrent plutôt compliqués. Il est vite décrié par l’opinion publique, la presse ainsi que par sa propre fédération. Un nouvel échec au premier tour de la Copa America en 2011 aurait dû le pousser vers la sortie, mais on préfère lui donner une seconde chance... que Reinaldo Rueda saisit. Depuis les victoires s’enchaînent. L’équipe a vaincu le complexe de petite nation du football en s’affirmant au plus haut niveau. Preuve en est, la victoire contre le Portugal (3-2) en match amical en février dernier. Oswaldo Minda, milieu axial de la Tri, le confirme : « nos derniers résultats s’expliquent par un travail collectif minutieux, nous avons su mûrir avec patience et aujourd’hui nous récoltons les résultats. »

La sélection équatorienne et son formidable esprit d'équipe (Photo : metroecuador.com.ec)
La sélection équatorienne et son formidable esprit d'équipe (Photo : metroecuador.com.ec)
Grande chance de qualification. A l’aube d’un match décisif contre le Paraguay, la Tri occupe une 3ème place probante au classement devant des grandes nations du football telles que l’Uruguay, demi-finaliste de la dernière coupe du monde, ou le Chili. Le bilan à mi-parcours est plus que favorable : 5 victoires, 2 nuls et 2 défaites contre le Paraguay et l’Argentine. Avec un match en moins, elle possède 5 points d’avance sur le Venezuela, qui est 5ème. Cette dite place garantit de jouer un barrage contre un membre de la confédération asiatique. Grâce à ces résultats exceptionnels, la "Tri" occupe la 11ème place au classement FIFA, la meilleure depuis son intégration en 1926. Ce n’est pas pour rien que le peuple équatorien parle de « la meilleure équipe de l’histoire de l’Equateur ».

A l’aube d’un match décisif contre le Paraguay, la Tri occupe une 3ème place probante au classement devant des grandes nations du football telles que l’Uruguay, demi-finaliste de la dernière coupe du monde, ou le Chili.
 
Le sélectionneur a en sa possession un collectif solide et expérimenté, surtout la défense dirigée par le capitaine Walter Ayoyi. Dans les buts, la place de titulaire se joue entre deux jeunes loups : Màximo Banguera et Alexander Dominguez, tous deux évoluent dans le championnat équatorien. Au milieu, Rueda peut compter sur deux ailiers vifs et talenteux que sont Montero, joueur de Monterrey au Mexique et Luis Antonio Valencia qui fait les beaux jours de Manchester United. L’attaque, elle, est plutôt percutante avec Felipe Caicedo, attaquant du Lokomotiv Moscou et ancien joueur de Bâle ainsi que le prometteur Christian Benitez (22 ans seulement).

Equateur - Salvador; l'atout Valencia

Antonio Valencia fait les beaux jours de sa séléction nationale. (Photo : metroecuador.com)
Antonio Valencia fait les beaux jours de sa séléction nationale. (Photo : metroecuador.com)
Pour un match amical, l’ambiance était au beau fixe avec des « Vamos Ecuador » bruyants mais aussi des gestes de mécontentements de la part des spectateurs lorsque un joueur ratait l’immanquable ou ne prenait pas la bonne décision. Le public devient vite exigeant, même quand les résultats sont au-delà des espérances.

Sereine, l’équipe de Reinaldo Rueda a préparé au mieux la partie ultra importante contre le Paraguay. Lors d’un match amical à Quito dans leur enceinte fétiche du nom d’Atahualpa, elle a écrasé l’équipe du Salvador sur la score de 5-0. Evoluant dans sa formation typique 4-2-2-2, la "Tri" a largement dominé le match en se montrant très offensif et n'a pas laissé respirer les pauvres joueurs de Salvador. Peut-être que l’acclimatation a été difficile... (voir "Quand le football atteint des sommets") Pour un match amical, l’ambiance était au beau fixe avec des « Vamos Ecuador » bruyants mais aussi des gestes de mécontentements de la part des spectateurs lorsque un joueur ratait l’immanquable ou ne prenait pas la bonne décision. Le public devient vite exigeant, même quand les résultats sont au-delà des espérances.

L’Equateur, lors de cette partie, a pu compter sur plusieurs joueurs clés : Felipe Caicedo s’est fait l’auteur d’un doublé alors que Christian Noboha, milieu axial, a été à son affaire durant le match en mettant à mal la défense par ses accélérations et sa technique. Mais celui qui a le plus impressionné est le joueur de Manchester United, Antonio Valencia, star de l’équipe. Il s’est fait l’auteur de deux passes décisives et a fait très mal à son adversaire lors de ses débordements sur l’aile droite. A n’en pas douter, le mancunien sera une des pièces maîtresses lors de l’affrontement contre le Paraguay. En tout cas, Jaime Ayovi, capitaine, semble en confiance : « avec l’esprit et le cœur, j’ai la certitude que nous pouvons remporter les trois points ». Espérons pour lui, son équipe et pour son pays qu’il ait raison. (voir "Equateur - Paraguay, le rêve continue")

Fiche technique :

  • Buteur le plus prolifique : Augustin Delgado (31)
  • Joueur le plus sélectionné : Ivan Hurtado (165)
  • Meilleur résultat Copa America : 4ème (1993)
  • Meilleur résultat Coupe du monde : 8ème de finale (2006)
  • Surnom : La Tri ou la Tricolores
  • Premier match officiel : 1938 (1-1 contre la Bolivie)
  • Intégration à la FIFA : 1926
  • Classement FIFA au 20 mars 2012 : 11ème

De Quito,


     

Nouveau commentaire :

Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 11 Avril 2013 - 17:17 Championnat national; Quito double

Jeudi 11 Avril 2013 - 17:13 Quand le football atteint des sommets




FOOTBALL INTEGRAL : Football Intégral - Infos du jour est sorti de presse! https://t.co/kzK4DQTOKp
Lundi 25 Septembre - 09:43

AROUND THE GAME

DSCF3251
DSC_0667
DSCF9351
14
darmstadt3
DSC_0470
DSCF9685
DSCF6696
DSCF9173
3
DSCF9521
dar12
DSCF6743
DSCF9444
DSC_0442
169
hann5
DSCF9585
DSCF6626
hann1
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
 
Facebook
Twitter
Rss
Mobile
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image