FOOTBALL INTéGRAL - Le football avec du coeur
Facebook
Twitter
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
Liga
Lundi 28 Janvier 2013

Le Barça et Messi en démonstration


En ce week-end espagnol, des rencontres animées nous attendaient. Toutefois, petit reprogrammement du week-end. Les matchs se sont joués de samedi à lundi et non pas à partir du vendredi comme la Liga en avait pris l'habitude. Il est vrai que la Coupe du Roi qui se jouait en semaine devait probablement être en partie responsable de cette petite modification. Ceci étant dit, retour sur un week-end mouvementé en Espagne.


Le Barça et Messi en démonstration
Début de week-end à Vigo, Samedi, 16h00. Le Celta Vigo recevait la Real Sociedad en ouverture de cette 21ème journée de Liga BBVA. Probablement un match compliqué pour les Galiciens, il est vrai que leurs adversaires du soir restent sur une victoire de prestige contre le FC Barcelone. Match important pour les deux formations, les locaux tenaient à éloigner cette barre fatidique de la relégation par une victoire tandis que les hommes de Montanier tenaient à se rapprocher à grands pas des places européennes. Un but du danois Krohn-Dehli donnait une longueur d'avance aux Galiciens peu après la demi-heure de jeu. Un avantage qui restera intact jusqu'à la pause. Puis au retour des vestiaires, des Basques beaucoup plus entreprenants commençaient à dominer la rencontre, sans doute suite à l'expulsion de Fernandez (50e). Un but égalisateur de Elustondo donnait de l'espoir aux Basques dans l'optique d'une victoire. Mais finalement ce 1-1 ne changera plus. Partage de points au stade Balaidos. 

Ciutat de Valencia, 18h00, un retour inespéré. Levante est l'une des équipes de ce haut de tableau compact qui vise l'Europa League voir même la Ligue des Champions. Il est important de relever que l'écart entre la quatrième et la neuvième place est infime. Quant à Valladolid privé de l'Angolais Manucho qui est à la CAN, elle se rendait à Valence pour grapiller des points face à l'équipe la moins connue de la ville. Bien installée dans le ventre mou du classement, Valladolid souhait se donner encore un peu plus d'air. Le début de match nous laissait penser que les hommes du centre de l'Espagne n'étaient pas venus en touriste. Un but tôt dans la partie de Baraja donnait de l'avance aux visiteurs. La pause s'approchant à grands pas, le résultat ne semblait pas vouloir changer. C'était sans compter sur Barkero (44e), un but partout à la mi-temps. Puis le match baissait en intensité et sans un malheureux autogoal de Rukavina dans les arrêts de jeu du match le score n'aurait pas bougé. Score final de 2 buts à 1 pour des locaux qui ne cessent de surprendre.  


Les joueurs de Levante se congratulant après un but (vavel.com)
Les joueurs de Levante se congratulant après un but (vavel.com)
Samedi, 20h00, Saragosse-Espanyol, un nul aigre-doux. Suite à de très bons résultats depuis l'arrivée du Mexicain Aguirre à la tête de l'équipe, l'Espanyol Barcelone se rendait à Saragosse pour confirmer cette bonne dynamique. Nous souhaitions voir des buts dans ce match où la victoire était indispensable pour ces deux formations qui se tenaient à un point l'une de l'autre avant la rencontre. Nous souhaitions des buts, nous ne les aurons pas eu. Surêment gelés par le froid de la Romaleda, les deux formations n'auront pas su changer le score initial. Nous aurons plutôt vécu un match ternis par les fautes et les cartons. Il faut signaler que les deux équipes ont terminé le match à un de moins. Partage des points qui ne satisfait pas grand monde.

22h00, La Corogne, des regrets dans l'air. Valence, après une triple confrontation face aux hommes de Mourinho, désirait relever la tête suite notamment à la manita du week-end passé. Le Depor, dernier du championnat, voulait absolument gagner pour ravir une ou deux places au classement. Les spectateurs arrivés en retard auront manqué l'ouverture du score de Jonas dès la première minute en faveur des visiteurs. Ils auront probablement préféré la réaction d'orgueil de leurs joueurs en fin de première période. Un doublé de Riki (32e, 45e) donnait une longueur d'avance au Deportivo La Corogne à la pause. La réaction des hommes de Pellegrino ne se fît pas attendre très longtemps et Nelson Valdez venait égaliser à la 63ème minute. Le score n'évoluait plus et les locaux semblaient se satisfaire du nul. Mais à force d'être trop attentistes, les Valencians vont inscrire un dernier but lors de l'ultime minute de jeu. Score final 2 buts à 3 pour des visiteurs qui peuvent s'estimer heureux.  

La joie des hommes de Pellegrino après un but (lemurdelapresse.com)
La joie des hommes de Pellegrino après un but (lemurdelapresse.com)
Dimanche, 12h00, Stade Santiago Bernabeu. Privés de Iker Casillas blessé pour une longue période, les coéquipiers de Ramos (de retour de suspension) voulaient s'imposer dans ce derby pour entamer une série de victoire. Il est vrai que depuis quelques temps, les hommes de la capitale ont du mal à enchaîner les victoires et trop de contre-performances viennent semer leur saison d'embûches. Face à eux, Getafe voulait rééditer le superbe match aller face aux Madrilènes. Un match où ils s'étaient permis de prendre des points. La première mi-temps s'achevait sur un terne 0-0. On se demandait si les joueurs étaient conscients que le match avait commencé depuis un bon moment. La seconde période sera toute autre et le réveil de Ronaldo fera parler de lui. C'est tout d'abord Ramos qui ouvrait le score (53e). Puis en l'espace de dix minutes Ronaldo venait marquer le match de son empreinte grâce à un triplé (62e, 65e, 72e). Le Real s'impose finalement assez facilement et Getafe poursuit son énorme chute dans le classement.

17h00, Vallecas, le Betis se perd. En Liga, lorsque le quatrième affronte le sixième, on a souvent le droit à des affiches alléchantes et très disputées. De plus cette rencontre opposait les deux surprises de cette saison, le Rayo Vallecano et le Betis. Les premiers cités voulaient maintenir leur place de qualifiés pour l'Europa League, tandis que le Betis allait essayer de rester au contact du Real Madrid. Un penalty en faveur des locaux dès la 4ème minute laissait déjà le Betis avec un but de retard. Les Andalous tenteront d'égaliser avant la pause, en vain. Pour le second acte, on pouvait imaginer une égalisation des visiteurs mais c'est l'inverse qui se produira. Un but de Delibasic (65e) donnait un peu d'air aux ex-coéquipiers de Michu. Pire même pour le Betis, les locaux parviendront à aggraver le score en fin de rencontre par l'intermédiaire de José Carlos. Score net et sans bavures en faveur du Rayo Vallecano.

Messi, en la présence de David Villa, sur un nuage suite à un nouveau but (fcbarcelona.com)
Messi, en la présence de David Villa, sur un nuage suite à un nouveau but (fcbarcelona.com)
Camp Nou, 19h00, un nouveau récital. Barcelone recevait Osasuna dans son antre pour se remobiliser suite à la défaite en Liga la semaine passée face à la Real Sociedad. Osasuna, une équipe qui convient plutôt bien au Barça au Camp Nou. L'année passée, le club alors dirigé par Pep Guardiola s'était imposé 8 à 0. Petite anecdote d'avant match, Osasuna aura essayer de perturber le Barça lors du tirage au sort. Les Catalans habitués à attaquer dans le même sens en première mi-temps lors de chaque rencontre au Camp Nou, auront été obligés de changer leurs bonnes vieilles habitudes. Dès la 11ème minute, l'astre argentin venait inscrire le 1 à 0 sur un chef d'oeuvre de passe de Xavi. L'égalisation de Lopo (23e) n'aura pas inquiété longtemps les hommes de Vilanova. Suite à une nouvelle main, cette fois-ci dans la surface, Arribas était contraint de quitter ses partenaires plus tôt que prévu. Sans trembler Messi inscrivait son deuxième but de la soirée, sur penalty (27e). Peu avant la pause c'est Pedro qui enfonçera le clou sur un beau service de Alves. A noter que Messi aura inscrit deux nouveaux buts en seconde période (56e, 58e) pour porter le score à 5 buts à 1. Avec ce quadruplé, Messi répond au triplé de Cristiano Ronaldo et s'échappe au classement des buteurs.

21h00, San Mames et l'Iberostar Estadi vivent des fortunes diverses. Bilbao recevait l'Atletico Madrid sans son stade pour essayer de se donner de l'air car leur classement actuel ne leur laissait pas de marge. Cependant face aux hommes de Simeone rien ne s'annonçait facile. Malgré l'écart au classement, nous aurons eu droit à la surprise de cette journée. Sur un score sec de 3 buts à rien l'Atletic Bilbao s'impose dans une rencontre qui pourra leur servir de match référence. En même temps se jouait une autre rencontre entre Majorque et Malaga. Los Boquerones dans une spirale négative depuis quelques temps, se rendaient à Majorque pour y affronter cette équipe très mal classée. Deux buts rapidement inscrits par Saviola et Isco donnaient de l'avance aux visiteurs dès le premier quart d'heure. Progressant dans le match avec un peu trop d'aisance les Andalous auraient pu se faire surprendre mais finalement ils sortiront victorieux de ce match (2-3).

A suivre ce lundi le dernier match de cette journée de Liga: FC Seville - Grenade (21h30)                                                          

Un homme: Iker Casillas

Le grand capitaine du Real Madrid donnant des consignes (sportsillustrated.com)
Le grand capitaine du Real Madrid donnant des consignes (sportsillustrated.com)
Un homme qui a tout gagné. Ligue des Champions, Liga, Coupe, Supercoupe pour ne citer que ça, Iker Casillas est un vrai collectionneur de trophées avec son club du Real Madrid. Au niveau national, il affole aussi les statistiques en ayant fait un magnifique triplé avec l'Espagne, la sélection nationale dont il est le capitaine. Il faut soulever qu'en l'espace de quatre ans (entre 2008 et 2012), il a remporté l'Euro, la Coupe du Monde et encore une fois l'Euro, un triplé historique dont il a été l'un des maîtres à jouer. Casillas est l'un des meilleurs joueurs du monde voir de l'histoire à son poste de gardien. Cela fait désormais plus de dix ans qu'il est au sein de la première équipe du club et qu'il ne cesse d'émerveiller les supporters du club merengue mais aussi ceux de la Furia Roja.

Un avenir incertain. Cependant, depuis quelques mois, il semble que l'emblême du Real Madrid n'est plus très aimé par le technicien du club de la capitale. Cet homme que tous les fans du Real adorent semble en éternel conflit avec son coach. Probablement que Mourinho n'aime pas l'influence de ce dernier sur le vestiaire madrilène, il la dit peut être néfaste. Des communiqués de la presse espagnole disent même que le Casillas ainsi que tous les Espagnols de l'équipe auraient déclaré "c'est nous ou lui" (lui: José Mourinho). Remplaçant depuis quelques matchs et maintenant blessé pour 8 à 12 semaines, Casillas semble peu à peu perdre confiance en lui. Pour éviter que le problème s'accentue, il faudrait que le club se décide. Décision difficile certes, mais il faudra choisir ! C'est Casillas ou Mourinho !


Isaac Moresi

     

Nouveau commentaire :

Dans la même rubrique :
< >

Samedi 22 Février 2014 - 18:30 30 jours de Liga: Le tiercé gagnant




FOOTBALL INTEGRAL : Football Intégral - Infos du jour est sorti de presse! https://t.co/kzK4DQTOKp
Lundi 25 Septembre - 09:43

AROUND THE GAME

dortmund2
DSCF9596
leverkusen 1
DSCF9234
DSCF7837
138
DSCF3678
DSCF9178
DSCF9685
20
leverkusen 6
DSCF9405
DSCF9597
19
DSCF6641
dortmund 15
darmstadt4
dortmund5
066
augsburg4
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
 
Facebook
Twitter
Rss
Mobile
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image