FOOTBALL INTéGRAL - Le football avec du coeur
Facebook
Twitter
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
Sociofoot
Jeudi 15 Novembre 2012

Le football au pays du soleil levant


Du Japon, vous connaissez certainement les cerisiers, les sumotoris, les gadgets électroniques et le PIB... Mais qui peut se targuer d'être un expert du football nippon ? Plongeons ensemble dans la culture footballistique de cet incroyable pays, que le soleil illumine en tout premier, jour après jour.


A l'occasion de l'officialisation de la qualification du Japon pour sa troisième Coupe du Monde consécutive, nous vous proposons de revivre quelques moments marquants du football japonais à travers quelques épisodes majeurs de son histoire. Qu'il s'agisse de contexte politico-économique, médiatique ou simplement sportif, les Nippons ont un mode de vie à part et une façon de voir les choses bien différente de la nôtre. Des JO de 1936 disputés dans l'Allemagne hitlérienne au Mondial remporté par les Japonaises en 2011, il en a coulé de l'eau sous les ponts de la Sumida, le fleuve qui arrose Tokyo !

Les JO de Berlin : un mois de trajet, un exploit et une valise !

La première grande compétition internationale du Japon fut celle des JO de Berlin de 1936, et son football surprit plus d'un observateur européen. L'équipe nationale nippone prit le transsibérien et arriva à Berlin après un long voyage de près d'un mois. Sur place, elle affronta des clubs locaux avec pour but de se familiariser pour la première fois avec le jeu européen. 

Pour son entrée dans la compétition, le Japon affronta la Suède, redoutable équipe du continent et candidate sérieuse au titre olympique. Mais alors qu'on s'attendait à voir les robustes gaillards nordiques donner la leçon à cette curieuse équipe venue d'Extrême-Orient, les Japonais créèrent l'exploit en s'imposant (3-2). En pratiquant un jeu vif et plaisant, les joueurs asiatiques parvinrent à séduire les spectateurs et à maîtriser le jeu à l'anglaise des Suédois basé sur des longues balles en hauteur et des duels aériens.

Deux jours plus tard, l'équipe japonaise, encore très marquée par les efforts déployés face à la Suède, s'inclina face à l'Italie. Le score fut sans appel (8-0), et la première expérience internationale des Nippons se termina après deux petits matchs. Aujourd'hui encore, beaucoup de spécialistes japonais parlent du « Miracle de Berlin », qui reste à leurs yeux l'une des plus belles victoires de l'équipe nationale japonaise. Cette première compétition hors d'Asie fut donc une vraie réussite, avec une prestation remarquée qui permit de faire connaître et apprécier un autre football en Europe, pourtant berceau du football. Même s'il est ici important de préciser que la population japonaise n'avait alors suivi les évènements que d'un oeil.

Un engouement médiatique toujours plus prononcé

A l'image de Honda (ici au centre), l'esprit japonais est fait d'abnégation, de volonté et de fierté (AFP)
A l'image de Honda (ici au centre), l'esprit japonais est fait d'abnégation, de volonté et de fierté (AFP)
L'éclatement de la Seconde Guerre mondiale mit le football mondial entre parenthèses durant 7 ans (1939-1946). La paix revenue, les dirigeants de la FIFA organisèrent leur premier congrès d'après-guerre. L'une des décisions majeures fut la radiation de la Fédération japonaise de football pour punir le Japon d'avoir été un allié de l'Allemagne nazie.

Les Nippons ne recommencèrent à disputer des rencontres internationales qu'à partir de 1951 lors des Jeux d'Asie. Durant ce laps de temps, le développement du football connut un fort ralentissement du fait de la reconstruction d’après-guerre. Le véritable retour du pays au premier plan international intervint à l'occasion de nouveaux JO, en 1968 à Mexico. Bénéficiant d'une toute nouvelle ligue professionnelle, la Japan Soccer League, le Japon trouva un nouveau souffle dans les années 60. Entre 1964 et 1968, l'équipe effectua pas moins de 82 matchs, accueillant notamment des clubs tels qu'Arsenal (Angleterre) ou Palmeiras (Brésil), et se rendant régulièrement en Europa pour des stages. Résultat, au Mexique, les Japonais remportèrent la petite finale, devenant la première nation asiatique à remporter une médaille olympique dans ce sport.

Au pays, une chaîne de télévision commença à diffuser en 1968 un programme régulier sur le football. Cette émission hebdomadaire diffusait le « Match of the day », acheté à la BBC. Diffusée le mercredi soir (aux environs de 22h), elle était loin d’être parfaite, mais bénéficiait d’une audience raisonnable et avait pour mérite de familiariser le public japonais avec le football européen professionnel et avec ses stades aux ambiances particulières. L’émission se développa et diffusa des grands matchs de tous les championnats étrangers. Des passions et des vocations sont nées en regardant cette émission culte qui participa à la hausse de la popularité du football dans les années 80.

En 1970, la chaîne acheta les droits de la totalité des matchs de la Coupe du monde. Après avoir récupéré les cassettes des 32 matchs de la compétition, l’émission commença, à partir d’octobre, la diffusion d’un match par semaine, le premier étant Italie-Brésil. Même si ce n’étaient que des enregistrements, le fait de voir des matchs du plus haut niveau mondial a permis aux amateurs japonais de football de porter un nouveau regard sur le football, aidé par les deux commentateurs. Chaque semaine, un million de spectateurs suivront ces matchs.

1972 : Le roi Pelé accueilli en héros par le peuple japonais

C’est également grâce à la télévision que beaucoup de Japonais découvrirent, dans la soirée du 26 mai 1972, la venue du joueur brésilien Pelé au stade national de Tokyo. Son arrivée fut précédée d’un gigantesque feu d’artifice et c’est sous les acclamations d’un public en pleine effervescence qu’il entra sur le terrain. Après l’excellente performance de la sélection lors des Jeux Olympiques de Mexico, le football japonais aurait pu traverser une période délicate, mais la progression de ce sport chez les jeunes, notamment grâce à la diffusion télévisée des matchs de le Coupe du monde 1970 et de matchs du football étranger, permit de consolider à long terme les bases de ce sport au Japon.

Lors de cette Coupe du monde, le Brésil, emmené par sa star, « le roi Pelé », avait remporté sa troisième victoire. Pelé avait remporté deux années de suite la Coupe Mondiale des Clubs (1962 et 1963), dépassant les 1000 buts en carrière. Mais au-delà de ses exploits, il était considéré comme le Dieu vivant du football et était connu de tous, y compris des gens qui ne s’intéressaient pas au football. A travers le monde, nombreux étaient les fans de football qui souhaitaient le voir jouer, et ce fut le cas également au Japon. Ce souhait fut exaucé lorsque le club de Santos fut invité pour disputer un match à Tokyo face à la sélection nationale japonaise. Lorsqu’il pénétra sur le terrain avec son équipe, ils furent accueillis par les acclamations du public. Les joueurs de Santos commencèrent à faire le tour du terrain avec le drapeau japonais, lorsque quelques spectateurs sautèrent sur le terrain afin d’aller voir Pelé et de lui arracher son maillot.

Celui-ci dut retourner un court instant dans les vestiaires pour prendre un nouveau maillot et, après un retour au calme, la partie put enfin commencer normalement. Santos s’imposa sur le score de trois buts à zéro, avec deux buts du roi Pelé, pour le plus grand plaisir du public japonais qui fut conquis par les prouesses techniques de l’attaquant brésilien et se mit à scander son nom. Lors de son interview d’après match, de nombreux supporters se rassemblèrent devant les vestiaires afin de voir une dernière fois leur idole.

Le Brésil sera la cinquième Coupe du Monde consécutive du Japon !

Le développement du fotoball au Japon n'a pas été simple, malgré l'heureux épisode Pelé, et ce principalement en raison du bassin trop restreint de joueurs. Néanmoins, sur les 30 dernières années, le nombre de licenciés, hommes comme femmes, n'a cessé de croître, jugez plutôt : le Japon compte aujourd'hui plus d'un million de footballeurs licenciés, ce qui en fait en 2012 le 9e pays au monde comptant le plus de licenciés.

Il y a plusieurs raisons à ce magnifique essor. Tout d'abord, la qualité du football japonais, d'abord motivée par l'engagement de plusieurs entraîneurs venus d'Europe et qui ont su créer une dynamique tactique et structurelle. Conséquence à cela, le Japon domine l'Asie et s'est qualifié depuis la Coupe du Monde en France (1998)  à toutes les Coupes du Monde, ce qui fera de sa participation au Brésil 2014 sa cinquième épreuve mondiale de suite. Parmi les pépites façonnées dans les dernières vingt années, on citera notamment Nakata, Nakamura ou encore Inamoto.

La seconde cause à cet essor est l'attribution par la FIFA de la Coupe du Monde 2002, conjointement avec la Corée du Sud. Si le co-organisateur volera la vedette au Japon en atteignant les demi-finales de manière surprenante, le pays du soleil levant va revoir intégralement ses infrastructures pour les adapter un maximum au football. Construction de stades, engouement sans précédent des supporters, sentiment de fierté nationale et du devoir de porter haut les couleurs du pays, voilà les belles raisons d'une passion naissant au tournant du 21e siècle.

Aujourd'hui, le Japon est encore en pleine croissance sportive, et nul doute que ce pays restera pour longtemps au premier plan du football. Du moins asiatique, même si le récent match amical remporté face à la France a soulevé des vagues d'enthousiasme à travers le pays. Car qui sait, un jour peut-être...?
Symbole de la santé du foot nippon, les femmes japonaises sont devenues championnes du monde en 2011 (washingtonpost.com)
Symbole de la santé du foot nippon, les femmes japonaises sont devenues championnes du monde en 2011 (washingtonpost.com)

Stéphane Combe

     

Nouveau commentaire :

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 27 Avril 2015 - 22:00 La Guerre des mondes




FOOTBALL INTEGRAL : Football Intégral - Infos du jour est sorti de presse! https://t.co/prt42mOoNX
Jeudi 21 Septembre - 09:43

AROUND THE GAME

21
DSCF9405
DSCF6632
DSCF6254
DSCF9585
DSC_0566
DSCF9385
DSCF6591
DSCF8081
DSCF7864
25
108
119
DSCF3521
DSCF9521
leverkusen 7
DSCF0867
hann1
3
DSCF9585
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
 
Facebook
Twitter
Rss
Mobile
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image