FOOTBALL INTéGRAL - Le football avec du coeur
Facebook
Twitter
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
Visages
Jeudi 14 Août 2014

Mourinho, la science du comportement


Alors que les différents championnats de football retrouvent peu à peu leur rythme, l’un d’eux s’annonce comme particulièrement disputé. En effet, ce week-end sonne la reprise de la Premier League et pour tous les amateurs de ballon rond, le début du bonheur. Au vu des moyens déboursés par les différents clubs, cette saison sera à coup sûr pleine de rebondissements. Parmi tous ces joyeux lurons, un homme se détache du lot. Il s’agit évidemment du « special one » devenu « happy one », le seul et unique José Mourinho. Fin tacticien, meneur d’hommes hors-pairs, l’entraîneur portugais aime également jouer avec les mots. Son hobby favori ? Frapper là où ça fait mal. Pour José « the only one » Mourinho, il n’y a que la vérité qui blesse.


(independent.co.uk)
(independent.co.uk)
Doppelgänger. Détesté par les uns, adulé par les autres, José Mourinho (51 ans) ne laisse personne indifférent. La réputation du coach portugais n’est plus à faire. D’ailleurs, ce ne sont pas ses génialissimes talents d’entraîneur qui sont remis en cause mais sa façon d’interagir avec le monde du football. N’ayant pas sa langue dans sa poche, Mourinho ne s’est jamais gardé de dire tout haut ce que les autres pensaient tout bas. Tantôt arrogant, fourbe, menteur et manipulateur, José peut également se montrer charmant, drôle, protecteur et sensible. Il est un parfait exemple de la dualité. Le terme allemand « doppelgänger » fait référence au double. Il s’agit dans ce cas, du fameux jumeau maléfique. En effet, pour expliquer ce changement d’attitude, parfois troublant chez Mourinho, il faut simplement y voir une très bonne analyse du comportement.

Un génie (actusports.fr)
Un génie (actusports.fr)
L’entraîneur de Chelsea possède plusieurs masques qu’il enfile pour différentes occasions. Le spectacle commence généralement en conférence de presse, là où le « Mou » exprime le mieux ses qualités d’acteur. Devant les journalistes, le Lusitanien exploite chaque palette du comportement humain. A Chelsea, il est conscient d’être apprécié et aimé, il n’hésite donc pas à jouer sur la corde sensible, maniant souvent l’humour et la dérision. Les médias anglais en raffolent. En revanche, c’est une autre affaire du côté de Madrid. Attaqué de toute part, le « special one » se renferme et joue le rôle du mal-aimé. Cinglant et vaniteux, il se mettra pratiquement toute l’Espagne à dos sans jamais douter de lui car, au plus profond de son âme, José sait pertinemment que la vie est une immense scène et qu’il faut sans cesse jouer pour ne pas sombrer dans l’oubli.

(mirror.co.uk)
(mirror.co.uk)
Ange et Démon. Méconnu du grand public jusqu’à son incroyable saison avec Porto en 2004 (vainqueur du championnat et de la Ligue des Champions), le Mourinho show débute lors de son arrivé à Chelsea. A peine intronisé manager des Blues que José balance déjà la sauce : « Nous avons des joueurs de top niveau et, désolé d'être arrogant, un manager de top niveau ». Une punchline bien sentie mais un poil disproportionnée vu le palmarès du Portugais à ce moment-là. Qu’importe, la mayonnaise prend et les médias sont aux anges. Durant trois années (2004-2007), Mourinho régalera la Premier League. Chelsea remporte pléthore de titres et son coach quitte la maison en laissant derrière lui quelques belles saillies. Dans le collimateur du Portugais, un certain Arsène Wenger : « Je pense que c'est l'une de ces personnes que l'on appelle un voyeur. Il aime surveiller les gens. Il y a des types qui, lorsqu'ils sont chez eux, ont un télescope pour voir ce qui se passe dans les autres familles. Il parle, et il parle, et il parle de Chelsea. Je ne sais pas s'il veut mon job mais il aime Chelsea ». Une guerre des mots qui se poursuivra quelques années plus tard pour le retour du « Mou » en terre londonienne (2013). Déstabiliser son adversaire pour mieux l’abattre.

"Je veux être là où les gens m'aiment. En Angleterre, je suis aimé des fans et des médias qui me traitent de façon juste. En Espagne, c'est différent parce que certaines personnes me haïssent." (José Mourinho)

Provoquer, c’est l’une des armes préférées de José Mourinho, mais dans quel but ? Fraîchement arrivé dans la capitale espagnole (2010), l’ex-coach de l’Inter démarre l’opération séduction. Il sait qu’il vient de franchir un pas de plus dans sa carrière d’entraîneur et le Real Madrid ce n’est pas n’importe quoi : « Ce qui est beau ce n’est pas d’entraîner ni de jouer avec le Real Madrid. Ce qui est beau c’est de gagner avec le Real Madrid ». Ses premiers pas avec le club merengue sont plutôt convaincants et José se laisse aller : « Si j’étais le président du Barça, je proposerais un contrat à vie à Guardiola. C’est un entraineur exceptionnel ». Lorsque l’on connaît la suite des événements, cette déclaration a de quoi faire sourire.

En effet, les affrontements entre le Barça et le Real seront les pires de l’histoire de la Liga en terme de comportements. Sentant le vent tourner en sa défaveur, le « special one » se met tout le monde à dos, y compris ses propres joueurs. Ambiance délétère oblige, Mourinho se braque et accuse à tout-va, rejetant la faute sur les autres mais jamais sur lui : « Si vous voulez être hypocrites c’est votre problème, moi, je préfère être le punchingball des lâches mais dire des vérités qui dérangent. Je suis né et je mourrais comme ça : avec la tête haute et sans avoir peur de dire la vérité ».

(matchdujour.fr)
(matchdujour.fr)
La victoire à tout prix. Ce que recherche avant tout José Mourinho, c’est la victoire. Sous tous ses angles. Pour chaque défaite, celui-ci tentera de minimiser les faits pour l’amoindrir. Rien n’est laissé au hasard. Pour mieux protéger ses joueurs, il n’hésite pas à focaliser l’attention sur lui et parfois cela fonctionne parfaitement bien. Juste avant un match face à Arsenal, lors duquel Wenger était à l’honneur, le « Happy one » en glisse une petite à son rival : « Arsène, je l’admire et j’admire Arsenal. Il est impossible d’atteindre 1000 matches sans un soutien fantastique du club, y compris dans les mauvais moments, surtout que ces moments ont été nombreux ». Une touche d’ironie qui fait mal car le résultat sera sans appel (6-0).

"Il est dérangé, déconnecté de la réalité et irrespectueux. Quand vous donnez du crédit à des gens stupides, ça les rend parfois encore plus stupides." (Arsène Wenger)

Partout où José est passé, les récompenses ont été nombreuses. Mourinho a entraîné au Portugal, en Angleterre, en Italie et en Espagne remportant les championnats dans ces quatre pays et leurs coupes nationales. Ajoutez à cela deux Ligues des Champions et le palmarès commence à prendre de l’allure. La méthode du coach lusitanien est finement rôdée ; une défense solide et une grande gueule, pour intimider l’adversaire. José Mourinho s’est fait une longue liste d’ennemis mais ses joueurs lui sont fidèles dans la plupart des cas. A l’Inter, il n’a laissé que des bons souvenirs. Au Portugal on préfère retenir ses titres plutôt que son ego démesuré.

Lors de la dernière Ligue des Champions, l’entraîneur des Blues n’a pas hésité à l’ouvrir pour dire ce qu’il pensait sur la physionomie du match aller contre le PSG, lors du quart de finale perdu (3-1) : « On a marqué leurs trois buts, ce n’est pas vraiment Paris qui a bien joué (...) Je pense que nous allons gagner demain soir, vraiment. Je pense qu’on marquera plus de buts qu’eux au cumul ». Effet immédiat puisque la semaine d’après, Chelsea a éliminé Paris dans les ultimes minutes (2-0) à la suite d’un sacré hold-up. Comme le disait si bien Nicolas de Chamfort : « Ôtez l'amour-propre de l'amour, il en reste trop peu de choses. Une fois purgé de vanité, c'est un convalescent affaibli, qui peut à peine se traîner ».


Maxime Brandizi

     

Nouveau commentaire :

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 24 Novembre 2014 - 19:45 Regalo Di Natale




FOOTBALL INTEGRAL : Football Intégral - Infos du jour est sorti de presse! https://t.co/YbXZUCcw3t
Samedi 18 Novembre - 13:44

AROUND THE GAME

DSCF3508
DSCF0772
DSC_0714
DSCF9189
DSCF9351
DSCF6733
DSCF9641
DSCF6660
leverkusen 7
161
DSC_0728
DSC_0514
hann20
dar7
DSC_0492
12
012
DSCF6254
25
DSCF9173
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
 
Facebook
Twitter
Rss
Mobile
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image