FOOTBALL INTéGRAL - Le football avec du coeur
Facebook
Twitter
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
FI était en tribune
Lundi 1 Avril 2013

On était à Manchester pour City-Newcastle


"Madchester", la ville folle de football, nous accueillait pour quelques jours à l'occasion de Pâques, et ce avec un surprenant soleil. La douceur de la température a marqué notre petite excursion, s'infiltrant dans toutes les activités entreprises, notamment la paisible rencontre entre Manchester City et Newcastle. D'une architecture splendide et d'une sonorité intelligente, l'Etihad Stadium a vu son équipe vaincre les "Magpies" de manière décontractée (4-0), laissant ses supporters profiter du spectacle et du soleil comme sur une terrasse. Agréable.


Il est perçant. Il nous ferait presque mal aux yeux. Quand Manchester, la ville aux 500'000 habitants tous mordus de ballon rond, endosse sa tunique ensoleillée, c'est pour mieux faire ressortir les couleurs qui la façonnent : rouge sang et bleu ciel. Samedi matin, dans un centre ville paresseux (ce dernier étant presque vide à 9h), la rue principale, "Market Street", aspire les quelques promeneurs dans deux de ses nombreux magasins; le "Nike Shop" contenant quasiment exclusivement des produits de Manchester United, et le "CityStore", plus feutré, accueillant les premiers clients de la journée.

Au milieu de la passion colorée mancunienne s'extirpe quelques supporters de Newcastle trimballant leur tricot un peu terne dans la grande rue. Il est tôt, mais ces derniers profitent de l'occasion pour visiter le flambant neuf "National Museum of Football", rangé dans un building vitré dominant symboliquement la ville. L'heure avance, les fans défilent, et une tension toujours contenue par la douceur atmosphérique s'installe peu à peu. Il est temps de se rendre au stade.
L'Etihad Stadium saillant sous la brillance du soleil.
L'Etihad Stadium saillant sous la brillance du soleil.

Contrairement à Old Trafford (le "Théâtre des Rêves" est niché dans la périphérie), Manchester City, d'où son nom, tient ses quartiers à une trentaine de minutes à pied seulement du centre ville. Construit pour les jeux du Commonwealth en 2002, l'enceinte dispose d'une architecture moderne et léchée qu'on remarque depuis l'extérieur déjà. Les rampes tourbillonnantes qui donnent accès aux tribunes supérieurs dominent originalement la place du stade. A deux heures du coup d'envoi, les taxis affluent, les bus se succèdent et l'on distingue immédiatement les touristes émerveillés, faisant transpirer l'espace de leur carte mémoire, des locaux peinards, profitant du soleil en sirotant des bières en gobelet et en dégustant des hamburgers débordant d'oignons.

Quand c'est au tour du Prince de parquer sa Mercedes blanche devant l'entrée, l'ambiance est cocasse; on se tait, on hésite, on se concerte, on se souvient et, finalement, on applaudit.
 
Juste à côté de l'entrée officielle, deux barrières de métal retiennent une horde de fans (Magpies et Citizens confondus), attendant le car des joueurs de City. Quand celui-ci débarque, on a de la peine à faire la différence entre un véhicule et un bunker sur lequel on aurait ajouter des roues. Du "QG mobile" s'échappe prestement Mancini, avant que les joueurs, tous autant bien soignés les uns que les autres, ne viennent faire couvrir les lieux de "love you" et de cris en toutes sortes. Quand c'est au tour du Prince de parquer sa Mercedes blanche devant l'entrée, l'ambiance est cocasse; on se tait, on hésite, on se concerte, on se souvient et, finalement, on applaudit. Un héritier des Emirats président de City, ça sonne peut être mal. Mais, avant lui...
On était à Manchester pour City-Newcastle

60 minutes avant la partie; l'heure de gagner gentiment nos places. Dans le hall du stade, des groupements de supporters conversent bruyamment lâchant quelques "fuck Nasri" et autres "king Company". Les performances en dents de scie du Français, conjuguées à son temps de jeu parcimonieux et son style "léger" ne l'aide à faire partie de ces joueurs qui, comme Company, Zabaleta ou Aguerro marquent les esprits par leur sens de l'engagement. Tandis que les supports muraux soutiennent les bières et quelques coudes un peu trop grassouillets, des effluves de friture s'élèvent; bienvenue en Angleterre.

A côté, un membre du staff vient accrocher la feuille de match. Deux ou trois "citizens", habillés au couleur de leur club de la tête au pied, se jettent dessus et remplissent des formulaires qui ressemblent étrangement à des déclarations fiscales. Rien de tout ça; les Anglais raffolent des paris sportifs. Un impertinent s'empare d'un stylo pour parier sur un but de Gaël Clichy . En 66 matches sous le maillot bleu ciel, l'arrière gauche n'a pas scoré une seule fois...

Juste avant de passer l'arcade qui donne sur les tribunes, on peut apercevoir quelques affiches graphiques qui regroupent des témoignages des fans quant à leur premier match dans le stade de City. Vu la nouvelle dimension qu'a pris le club ces dernières années, beaucoup de visiteurs doivent se reconnaître dans cette campagne, dont le rendu est très réussi, intitulé "My first game". Ca y est, le stadier contrôle nos billets et l'Etihad s'offre à nous sur un panaroma bleu ciel/jaune soleil qui nous restera. On ne refait pas une première impression.
On était à Manchester pour City-Newcastle

Il faut attendre 14h50 (coup d'envoi à 15h00) pour que le stade se remplisse enfin intégralement. Sous les acclamations, les deux équipes font leur entrée. Sur notre gauche, les supporters de Newcastle se distinguent par un peu d'exubérance (peinture au visage, torse nue) et beaucoup de bruit. Tout au long de la partie, les "Magpies" ont beaucoup usé de leur corde vocal pour encourager leur équipe. En vain. Si le début de la partie est lancinante (le soleil en est-il responsable ?), le match se rythme à la demi heure et dévoile les lacunes techniques de Newcastle. Seul Sissokho, terriblement esseulé, rompt la débauche blanche et noire par quelques belles démonstrations de puissance.

Les fans discutent de ci, de ça, sans vraiment se rendre compte que leur équipe, emmenée par les génies techniques Aguerro, Nasri, Silva, Tevez ou encore Toure produit l'un des jeux les plus appréciables de l'histoire de la Premier League.

Par l'intermédiaire d'un Clichy très offensif, Tevez ouvre la marque à la 41ème minute. Peu après que Danny Simpson, la latéral droit de Newcastle, apprend que sa "girlfriend sucks" par un supporter de City un peu chambreur, les "Skyblues" confirment leur domination tranquille et méritée juste avant la mi-temps (2-0), suite une étonnante succession de passes courtes dans les 18 mètres. En deuxième période, le match devient un théâtre et les fans discutent de ci, de ça, sans vraiment se rendre compte que leur équipe, emmenée par les génies techniques Aguerro, Nasri, Silva, Tevez ou encore Toure produit l'un des jeux les plus appréciables de l'histoire de la Premier League.

Au final, cette victoire de 4-0 se célèbre avec satisfaction mais aussi avec une certaine retenue de la part des supporters. Différents éléments viendraient expliquer cette prudence; déception que leur équipe n'aie pas montré autant de dextérité lors de matches capitaux comme ceux de C1, "digestion" du titre qui se dirige droit dans les bas de Ferguson, le soleil donnant ou simplement, et malheureusement, l'habitude de gagner. Dans tous les cas, l'expérience "City" nous offre un football de luxe, accroché mais paradoxalement un peu distant de la passion populaire. Et pourtant, un fan nous rappelle que "Manchester City is the people club, fuck the others !". Ah, le football et les paradoxes...

On était à Manchester pour City-Newcastle

Robin Fasel

     

Commentaires

1.Posté par Vangelos VANGELOS le 05/11/2013 08:12
Beaucoup de beau maillot manchester city! J'aime le bleu et le noir, le rouge comme l'AS Roma maillot http://www.mfpascher.com/manchester-city-c-1_89/

Nouveau commentaire :

Dans la même rubrique :
< >

Mardi 14 Octobre 2014 - 12:44 FI était à Barcelone




FOOTBALL INTEGRAL : Football Intégral - Infos du jour est sorti de presse! https://t.co/YbXZUCcw3t
Samedi 18 Novembre - 13:44

AROUND THE GAME

15
DSCF9225
DSC_0566
DSCF9351
DSCF7933
20
DSCF8116
leverkusen 6
DSCF6739
DSCF9176
019
DSC_0614
DSCF6591
DSC_0442
DSC_0728
DSCF0749
hann23
169
DSCF9620
darmstad2
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
 
Facebook
Twitter
Rss
Mobile
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image