FOOTBALL INTéGRAL - Le football avec du coeur
Facebook
Twitter
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
Champion's League
Jeudi 3 Avril 2014

Paris dans la cour des grands


Si le large succès du Real Madrid face au Borussia Dortmund (3-0) était plutôt prévisible, bien malin qui aurait su prédire le petit accrochage du Bayern Munich sur la pelouse d’Old Trafford (1-1). Tout aussi inspiré, l’Atletico Madrid poursuit son étonnante saison en ramenant un bon nul de Barcelone (1-1). Pour finir, que dire de la belle victoire du PSG face aux Blues de Chelsea (3-1) qui promet un match retour imprévisible. La Ligue des Champions, ses buts, son suspense et ses surprises !


Paris dans la cour des grands
Un cœur énorme. Il y avait comme un parfum de Liga qui planait sur le Camp Nou mardi soir. Pourtant, c’était bien un quart de finale de Ligue des Champions qui se jouait entre Barcelone et l’Atletico Madrid. Comme prévu, les Catalans mettent rapidement le pied sur le ballon et prennent très vite le jeu à leur compte. Malgré cela, la première opportunité est en faveur des Colchoneros. Sur un dégagement très approximatif de Pinto, David Villa croise trop sa frappe et manque l’ouverture du score (5e). Le Barça fait bien tourner la balle mais bute inlassablement sur une défense madrilène très compacte et bien organisée. Le seul fait marquant de cette première période aura été la sortie sur blessure de Diego Costa, déjà diminué physiquement avant la rencontre.


        « Voilà ce qu'est l'Atlético Madrid, du cœur, du travail, ne jamais céder » 
                                                             Diego Simeone



Au retour des vestiaires, Barcelone se fait punir. Gabi sert rapidement Diego Ribas qui déclenche une frappe limpide en plein dans la lucarne de Pinto (56e). Entré à la place de Costa, le Brésilien sort de l’ombre. Derrière, Barcelone tente le tout pour le tout et part à la conquête du but de Courtois. Impérial, le gardien belge multiplie les sauvetages devant Fabregas (61e) puis Busquets (64e). Malgré tout, le portier de l’Atletico s’inclinera sur une frappe croisée de Neymar, magnifiquement servi par Iniesta (71e). Le Barça continuera de pousser mais Thibault Courtois éteindra les velléités catalanes. Au final, ce score est plutôt flatteur pour l’Atletico Madrid mais n’enlève rien aux qualités de l’équipe de Simeone. Barcelone devra se sortir les tripes pour passer cet obstacle de taille.

Plus surprenante, la performance assez inattendue de Manchester United face au Bayern Munich (1-1). A l’agonie face aux grosses cylindrées, les Mancuniens ont réussi à résister aux assauts répétés de l’ogre munichois. L’équipe de Moyes s’est même payé le luxe d’ouvrir le score par l’intermédiaire de Vidic (58e). Plutôt maladroit, le Bayern Munich a égalisé sur un éclair de Schweinsteiger (66e). L’Allemand qui se fera d’ailleurs expulsé en fin de match suite à un deuxième avertissement. Rien n’est joué, même si l’on voit mal comment United pourrait éliminer le Bayern sur la pelouse de l’Allianz Arena. Néanmoins, le doute subsiste et tous les espoirs sont permis.

Un Diego peut en cacher un autre (en.clubatleticomadrid.com)
Un Diego peut en cacher un autre (en.clubatleticomadrid.com)
Le Real Madrid se rassure. Il y a encore quelque temps, le Real Madrid de Carlo Ancelotti mettait tout le monde d’accord. Le club de la Casa Blanca marchait sur ses adversaires à coup de victoires cinglantes. Puis, la venue du Barça au Santiago Bernabeu a changé la donne. Un classico perdu ainsi qu’une défaite à Séville ont littéralement enrayé la machine. Le mea culpa ne s’est pas fait attendre et le Real a de nouveau régalé ses supporters, face à une équipe de Dortmund loin d’être au top (3-0).

D’ailleurs, il n’aura fallu que trois petites minutes aux Madrilènes pour planter la première banderille. Sur une remise de Carvajal, Gareth Bale devance Weindenfeller et pousse le ballon au fond des filets. Loin d’être rassasié, le Real Madrid continue son pressing et les joueurs de Klopp ont du mal à suivre le rythme. Suite à un bel enchaînement d’Isco (27e), le Real Madrid se met à l’abri et rejoint les vestiaires avec un net avantage. Cristiano Ronaldo viendra conclure le récital madrilène, après un double contact ravageur sur le gardien allemand (57e). Les Merengues ont un pied et quatre orteils en demi-finale.

Pastore, le dribbleur fou (psg.fr)
Pastore, le dribbleur fou (psg.fr)
Ici c’est Paris. Voilà bien une équipe que l’on attendait au tournant. Intouchable en Ligue 1, le PSG allait enfin pouvoir se frotter à un adversaire de son envergure. Contre une équipe de Chelsea privée de Samuel Eto’o, le club de la capitale a ouvert les hostilités très tôt dans le match. Suite à une relance hasardeuse de Terry plein axe, Lavezzi décoche une demi-volée qui ne laisse aucune chance au pauvre Cech (4e). Néanmoins, Paris ne maîtrise pas tout à fait la rencontre. Pris au dépourvu, Thiago Silva décroche un Oscar pour son tacle de boucher sur le Brésilien et l’arbitre indique logiquement le point de pénalty. Hazard transforme tranquillement et remet les compteurs à zéro (27e).

Le Belge est en forme pourtant, quelques minutes plus tard, son tir du droit est repoussé par la base du montant de Sirigu (40e). Chelsea rate le coche. En seconde période, les deux équipes s’observent sans trop savoir quoi faire du ballon. Puis, à l’heure de jeu, coup de folie de David Luiz qui dévie involontairement la balle dans ses propres filets. Le Parc peut souffler car malgré le claquage de Zlatan (66e), le PSG est sur la bonne voie. Les Blues de Mourinho sont à la peine et subissent le jeu. Alors que Chelsea pense avoir limité la casse, Pastore sort de sa tombe. L’Argentin mystifie la défense londonienne et du gauche, propulse le ballon dans la cage d’un Cech décidément impuissant. La messe est dite et Paris s’en sort avec les honneurs. Maintenant, il faudra rééditer la performance dans une semaine à Londres et ça, c’est une tout autre paire de manches.


Un Homme : Thibault Courtois

(eurosport.fr)
(eurosport.fr)
L’ultime rempart. Les dirigeants de l’Atletico Madrid ont semble-t-il eu du flair concernant le jeune portier belge (21 ans). Formé à Genk, le gardien des Colchoneros appartient pourtant à Chelsea, avec lequel il est lié jusqu’en 2016. Qu’importe, grâce à ce prêt réactif, l’équipe de Simeone a su trouver en la personne de Courtois un dernier rempart très efficace. Déjà performant en Liga, le grand Thibault (1m99) a été le principal artisan du nul ramené de Barcelone mardi soir.

Auteur de parades décisives, il permet aux « Matelassiers » de conserver de grandes chances de qualification pour les demi-finales de la Ligue des Champions. Ses interventions sont souvent spectaculaires mais surtout, décisives. Parfois, le mur se fissure mais jamais ne semble s’écrouler. En ce qui concerne son avenir, le Belge paraît évasif. Qu’importe, sa fin de saison s’annonce excitante avec, en ligne de mire, un voyage au Brésil avec les Diables Rouges.

Maxime Brandizi

     

Nouveau commentaire :

Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 25 Mai 2014 - 09:30 Decima

Jeudi 1 Mai 2014 - 08:00 Une finale sous la forme d’un derby




FOOTBALL INTEGRAL : Football Intégral - Infos du jour est sorti de presse! https://t.co/YbXZUCcw3t
Samedi 18 Novembre - 13:44

AROUND THE GAME

217
DSCF3251
DSCF6694
DSCF9560
leverkusen 6
15
dar7
DSCF3678
dortmund16
DSC_0454
dar3
DSCF9501
DSCF8020
hann10
darmstadt3
dortmund11
DSCF0867
leverkusen 7
196
DSCF8098
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
 
Facebook
Twitter
Rss
Mobile
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image