FOOTBALL INTéGRAL - Le football avec du coeur
Facebook
Twitter
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
Ligue 1
Lundi 21 Janvier 2013

Paris garde la tête froide


C’est sous un froid glacial et quelques flocons de neige que ce sont déroulées la plupart des rencontres de cette 21e journée de Ligue 1. Malgré ces conditions difficiles, le PSG en a profité pour s’adjuger la première place aux dépends de Lyon, accroché à domicile par Evian TG (0-0). Derrière, Marseille ne lâche rien et Nice continue d’épater. Pas de changement pour Troyes et Nancy qui restent englués dans le bas du classement.


Paris garde la tête froide
Paris avec sobriété, l’OM avec du cœur. Suite au décès d’un membre de leur staff (Nick Broad), c’est avec beaucoup de tristesse que les joueurs du Paris SG se sont imposés à Bordeaux (0-1). Ibrahimovic a inscrit son dix-neuvième but de la saison d’une frappe sèche (43e), permettant aux Parisiens de retrouver la tête du championnat. Une place de leader que le PSG doit en partie au match nul de Lyon à Gerland. Les hommes de Rémi Garde, peu inspirés, n’ont pas su trouver la faille face à une formation savoyarde bien regroupée en défense.

Une déconvenue qui aurait très bien pu arriver à Marseille, vainqueur de Montpellier sur le fil (3-2). En effet, les Phocéens, qui avaient pourtant ouvert le score, auraient dû partager les points avec leurs homologues héraultais. C’était sans compter André-Pierre Gignac. Le Marseillais n’est plus le même que la saison passée et il l’a encore prouvé ce week-end. Suite à une mauvaise relance de Congré, « APG » contrôle et envoie une frappe à ras-de-terre hors de portée du gardien montpelliérain (90e). Un succès acquis aux forceps et qui permet aux Marseillais de suivre la cadence imposée par Paris et Lyon.

Paris de nouveau leader
Paris de nouveau leader
Nice s’envole. C’est l’équipe en forme du moment. L’OGC Nice n’est pas tombé dans le piège lillois et s’impose (0-2) dans un match haché et terni par de nombreuses fautes. Les Aiglons (4e) sont en train de dépasser toutes les attentes. Habituée à la lutte pour le maintien, l’équipe de Claude Puel peut revoir ses ambitions à la hausse. Lille en revanche, devra montrer plus d’envie pour espérer bien figurer en fin de saison.

Après une qualification pour la finale de la Coupe de la Ligue, Saint-Etienne a terminé sa belle semaine par une victoire à Brest (0-1). Critiqué à juste titre pour ses deux énormes ratés mardi dernier, Brandao s’est mué en sauveur et a permis aux Verts d’arracher les trois points (50e). Un rôle qu’Adrian Mutu n’a pu endosser. Si Ajaccio a dû se contenter d’un point face à Valenciennes (1-1) c’est en partie à l’attaquant roumain qu’il le doit. Buteur en première période (30e), Mutu a tenté, et raté, une panenka en fin de match. Un nul qui n’arrange aucune des deux équipes.

Brandao donne la victoire aux siens
Brandao donne la victoire aux siens
Sochaux s’en sort bien. Peu en réussite cette saison, Sochaux respire un grand coup. En s’imposant contre Reims (1-0), adverse direct dans la course au maintien, les Lionceaux s’extirpent de la zone rouge. Une victoire pas si évidente lorsque l’on sait que le buteur sochalien, Poujol, a inscrit son but de la main (15e). Le promu rémois devra batailler ferme pour éviter un retour en Ligue 2.

Un championnat que Troyes et Nancy devraient rejoindre si leur situation ne s’améliore pas. Défait à Lorient (3-2), les Troyens n’y arrivent toujours pas malgré un jeu offensif et bien léché. Le constat est similaire pour Nancy battu à Toulouse (2-1) à une différence près que les Nancéiens offrent des prestations de piètres qualités dans pratiquement tous les domaines de jeu. L’issue du club lorrain semble inéluctable.

Un entraîneur : Frédéric Antonetti

Antonetti à la tête du Stade Rennais
Antonetti à la tête du Stade Rennais
Un corse en Bretagne. Natif de Venzolasca (Haute-Corse), Antonetti est un homme de valeurs, profondément attaché à sa terre natale. Ancien joueur professionnel, il décide de raccrocher les crampons et deviens formateur puis entraîneur de Bastia (1990-2001). Durant cette période, le technicien corse se rendra également au Japon pour coacher l’équipe du Gamba Osaka (1998-99). Fort de ces expériences, Antonetti prendra la direction de l’AS Saint-Etienne, complétement à la dérive et dont personne n’avait le courage de reprendre en main (le club était, à l’époque, au bord de la troisième division). C’est grâce à son flair et à son talent que Frédéric Antonetti parviendra à faire remonter l’ASSE, en faisant notamment confiance à des jeunes joueurs (Janot, Sablé, llunga).

Cependant, il se fera licencier suite à de nombreux désaccords avec sa direction et poursuivra sa carrière à Nice (2005-2009). A sa tête, le club azuréen obtient son meilleur classement depuis plus de vingt ans lors de sa première année (8e). En juin 2009, le corse signe au Stade Rennais. Depuis sa mise en poste, le club breton progresse d’année en année mais les médias en demande toujours plus. Malgré une très belle carrière, Antonetti ne gagne pas, ou peu, de titres. Vainqueur de Bastia (0-2), Rennes est bien parti pour flamber (5e). De plus, les bretons se sont qualifiés pour la finale de la Coupe de la Ligue où ils seront opposés à Saint-Etienne. Vous avez dit revanche ?




Maxime Brandizi

     

Nouveau commentaire :

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 19 Mai 2014 - 08:00 Des records et beaucoup d’émotions




FOOTBALL INTEGRAL : Football Intégral - Infos du jour est sorti de presse! https://t.co/YbXZUCcw3t
Samedi 18 Novembre - 13:44

AROUND THE GAME

DSCF6730
DSCF7933
DSC_0667
DSCF0772
DSC_0633
DSC_0543
hann8
hann1
12
DSCF9246
leverkuse 3
DSC_0714
darmstadt3
leverkusen 2
DSCF7917
DSCF0808
7
dar12
DSC_0667
DSCF0796
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
 
Facebook
Twitter
Rss
Mobile
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image