FOOTBALL INTéGRAL - Le football avec du coeur
Facebook
Twitter
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
Premier League
Lundi 26 Novembre 2012

Une tête tranchée, un peuple désenchanté et une conquête compromise


Un peu avant le début de cette 13ème journée de Premier League, deux têtes ont été tranchées alors que deux autres ont refait surface. Si l'arrivée de Harry Redknapp à la tête des Queen Park Rangers s'avère logique vu l'équation désastreuse entre leur ambition et leur place au classement (20ème !), le départ de Roberto Di Matteo, lui, fait couler beaucoup d'encre. Le héros de la campagne européenne de l'année dernière et ses méthodes étaient manifestement toujours au goût du "Blue People", accablé et accablant envers son remplaçant Rafa Benitez. Au Royaume de Chelsea, la colère du peuple s'élève et les faits guerriers s'annoncent longs et douloureux. Retour sur un week-end tranchant.


Une tête tranchée, un peuple désenchanté et une conquête compromise
13ème week-end et un haut du tableau qui refuse encore et toujours de s'offrir à quelques formations définies; bienvenue en Premier League. Samedi après-midi, lors du coup d'envoi de la journée, les diffuseurs télévisés avaient choisi une rencontre "banale", Sunderland contre West Bromwich Albion. Banale ? Pas du tout. Dans une forme extrême, les Baggies continuent à déjouer les pronostics et engrangent une brillante quatrième victoire consécutive (4-2). Troisième au classement, le petit poucet peut regarder de haut Chelsea, Arsenal ou encore Tottenham, tous dernière au classement. West Brom', c'est du pot ? Non, West Brom', c'est du lourd.

Un peu plus tard, pendant qu'Everton, autre belle équipe de ce championnat, se voyait perdre leur avance à la 90ème minute (1-1) contre les Canaries de Norwich, Manchester United crucifiait QPR et leur nouvel entraîneur fraîchement débarqué cette semaine, Harry Redknapp. Pourtant, les Londoniens menaient 1-0 après 12 minutes. Un score rendu rapidement obsolète par les réalisations de Johny Evans, Fletcher et Hernandez (1-3). Derniers avec quatre points et toujours aucune victoire au compteur, les coéquipiers de J-S Park voient de très loin les Reds Devils s'emparer du fauteuil du leader, profitant du match nul de son voisin en terre londonienne (voir ci-dessous).

Grâce à leur victoire sur QPR, Manchester et Rooney dominent la Premier League au classement. (Source : qpr.co.uk)
Grâce à leur victoire sur QPR, Manchester et Rooney dominent la Premier League au classement. (Source : qpr.co.uk)
Arsenal, Arsenal, Arsenal... Depuis le mois d'août, les Canonniers ont montré qu'ils étaient capables du meilleure comme du pire. Tantôt décriés, tantôt adulés, les hommes de Wenger peinent à trouve la régularité qui réconcilieraient les détracteurs et les admirateurs. Dans un match moyen, les Gunners, inquiétants dans leur silence offensif, ont partagé les points (0-0) avec une équipe d'Aston Villa très loin de ce qu'elle avait montré contre United il y a deux semaines. C'est rare en Premier League, mais samedi après-midi, on s'est ennuyé du côté de Birmingham. 

C'est Tottenham qui a réalisé la performance du week-end. A la suite de leur lourde défaite sur la pelouse d'Arsenal (5-2) la semaine dernière, les Spurs ont bien redressé la barre en venant à bout d'une équipe de West Ham (3-1) qui, malgré ce revers, réalise un début de saison plutôt intéressant (19 points en 13 rencontres). L'inévitable Gareth Bale et un doublé de Jermaine Defoe ont permis aux coéquipiers d'Hugo Lloris (titulaire) de se rapprocher du haut du classement (7ème).

Une entraîneur : Roberto Di Matteo

Malgré une popularité intact auprès des supporters, Di Matteo a fait ses valises. (Source : premierleague.com)
Malgré une popularité intact auprès des supporters, Di Matteo a fait ses valises. (Source : premierleague.com)
La nouvelle est tombée comme une véritable bombe à Londres. A la suite du naufrage 3-0 au Juventus Stadium mercredi soir, amincissant à l'extrême les chances de qualification en 8ème de finale de C1 du tenant du titre, les dirigeants de Chelsea ont décidé de noyer son entraîneur, Roberto Di Matteo. Roman Abramovich a justifié cette décision par "les performances récentes et des résultats insuffisants". La saison dernière, le technicien de 42 ans avait mené les Londoniens jusqu'en finale de la Champion's League, où ils avaient vaincu le Bayern. La tactique ? Vous vous en souvenez tous. Verrouillage, re-verouillage et Didier Drogba.

Si ce "catennacio" amélioré avait réussi à Chelsea, les idées et les recrues survenues durant le mercato d'été n'ont pas été suffisamment bien exploitées, selon Abramovich. Ainsi, la tentative de donner un style de jeu plaisant et offensif (souvent près de cinq joueurs d'attaque alignés) a conquis davantage le public, touché par la beauté du spectacle, que le comité dirigeant, sous pression d'un retour substantiel du capital investi.

Dimanche, lors de la réception de Manchester City, les locaux ont hué et renié le successeur de l'Italo-Suisse, Rafa Benitez. Un problème de rivalité (Benitez ayant entraîné les Reds de Liverpool de longue années) ? Ou simplement une personnalité "réchauffée" que les fans bleus jugent en dessous de leur ancien coach ? Probablement un peu des deux. Résultat des courses; un 0-0 et deux équipes sans grandes idées. Si ces deux cadors du championnat anglais peuvent justifier leur timidité par le coup de massue de leur quasi-élimination de la C1, les supportes de Chelsea, eux, ont une autre idée...

Vidéo : Tottenham 3 - 1 West Ham



Robin Fasel

     

Nouveau commentaire :

Dans la même rubrique :
< >



FOOTBALL INTEGRAL : Football Intégral - Infos du jour est sorti de presse! https://t.co/pzZ3Ti8ktq
Dimanche 22 Octobre - 13:44

AROUND THE GAME

019
DSCF6709
DSC_0470
darmstadt3
DSCF8116
augsburg4
DSCF7837
leverkusen 4
leverkusen 6
DSCF9519
5
DSCF9209
180
DSCF3217
DSCF9385
DSCF8020
DSC_0553
dortmund16
19
161
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
 
Facebook
Twitter
Rss
Mobile
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image