FOOTBALL INTéGRAL - Le football avec du coeur
Facebook
Twitter
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
Série A
Lundi 5 Mai 2014

30 jours de Série A: Le règne continue


2014 ne restera pas dans les mémoires du Calcio pour sa médiocre campagne européenne. La série A quant à elle nous a offert quelques surprises malgré le peu de suspense, contrairement à la Liga et la Premier League. En Italie, les regards sont tournés vers Turin qui pourrait passer la barre historique des 100 points, et empocher un 3ème Scudetto de suite.


30 jours de Série A: Le règne continue
Samedi 5 Avril. L’AS Roma se déplaçait à Catania avec l’intention de mettre la Juve “sous pression“. Seulement voilà, l’équipe de la Louve a bel et bien gagné mais à quel prix ? Destro, auteur d’un triplé, suspendu pour 4 rencontres. Une mauvaise nouvelle en appelant une autre, on apprend également que la tour de contrôle Benatia sera absent pour une durée d’un mois. Pour ne rien arranger, le lendemain la Juventus (comme à son habitude à domicile) a battu Livorno (2-0), grâce à un doublé de Llorente. C’est toujours beau de rêver Messieurs les Romains !

Samedi 12 Avril. Le championnat semble ne plus beaucoup avoir de suspense pour grand nombre de tifosi en Italie, mis à part un petit village romain qui essaie toujours et encore de résister à l’envahisseur turinois. Pour ce faire les Romains balaient leur adversaire du soir (l’Atalanta) sur le score de 3-1. Il faut également souligner la bonne performance, le lendemain, du Napoli de Rafa Benitez qui a étrillé la Lazio (4-2), grâce un triplé signé Higuain.

Lundi 14 Avril. Du côté romain, on attend un miracle pascal; mais c’est encore un peu tôt. La Juve va largement dominer la rencontre pour finalement s’imposer 2-0 sans jamais être vraiment menacée. Mais le scoop du jour n’est pas là, le Mister Bianconero a avoué ouvertement que l’Europa League devenait objectif prioritaire. Conte qui, jusque-là, ne l’avait pas vraiment démontré que ce soit dans ses compositions d’équipe jouant la C3 ou dans ses interviews.

Higuain célébrant son triplé (sport.malaysia.msn.com)
Higuain célébrant son triplé (sport.malaysia.msn.com)
Samedi 19 Avril. Durant ce week-end pascal, pas de miracle ni de surprise car l’AS Roma et la Juventus ont pris les 3 points gardant leur 8 points d’écart à 4 matchs de la fin du championnat. La cause semble être entendue. Ce n'est en fait pas le cas pour tout le monde vu l'intervention de Rudi Garcia, d’une habitude calme et réfléchie dans ses déclarations publiques, dans laquelle il s’attaque à la Juve de manière ouverte et prétend que le championnat reste ouvert. Monsieur Garcia, on comprend qu’après 10 matchs victorieux en début de saison et 8 points de retard à la fin, qu’avec un rude changement de climat entre Lille et Rome, et qu’avec une équipe qui gagne des trophées en carton depuis Jules César, vous n’ayez plus le moral. Mais, je vous en supplie, ne rentrer pas dans le jeu des provocations médiatiques, car que ce soit Zeman ou encore Stramaccioni, tout deux sont passés par la case de la honte avant de disparaître.

Jeudi 24 Avril. Demi-finale aller d’Europa League, la Juventus se déplace au Portugal dans l’espoir de manger de la bonne morue séchée. Alors que les joueurs transalpins n’ont pas encore digéré leur souper, ils se font surprendre sur corner par des joueurs du Benfica qui ont, eux, décidé de partir pied au plancher. Finalement, après un match disputé et légèrement dominé par le Benfica, c’est fort logiquement que les locaux prennent l’avantage (2-1) avant le match retour. Attention, car tout n’est pas joué au vue de l’impressionnante série de victoire en championnat pour la Juve (17 matchs gagnés sur 17), les portugais savent donc à quoi s’attendre.

Le soulagement des Romains après leur victoire contre l'AC Milan (www.eurosport.fr)
Le soulagement des Romains après leur victoire contre l'AC Milan (www.eurosport.fr)
Vendredi 25 Avril. Le Milan AC se déplace à Rome dans le but de stopper tout espoir au titre pour les joueurs de la Louve. Cependant les romains ne le voyaient pas de cet œil et comptaient bien mettre une dernière fois la pression sur l’équipe turinoise en lui montrant qu’elle ne lâcherait rien tant que mathématiquement ça ne serait pas fini. Au terme d’un match dominé de la tête et des épaules, les giallorossi ont logiquement empoché une nouvelle victoire revenant à 5 points des joueurs piémontais.

Lundi 28 Avril. Le protagoniste de la journée est nul autre que Rudi Garcia, avec deux sorties médiatiques autant pathétiques qu’humoristiques. Dans la première, il insinue que les équipes italiennes laisseraient la Juve gagner ses matchs facilement (hors la Juve est l’ennemi numéro un en Italie). Dans la seconde, il prétend que A. Conte serait moins serein que d’habitude, ce qui doit être exact car comme tout le monde le sait, R. Garcia et Conte vivent en coloc’ à Milan. Trêve de plaisanteries, la Juve a assumé son statut de leader en se rapprochant encore plus d’un 32ème Scudetti à 8 points de la Roma alors qu’il ne reste plus que 3 matchs à jouer. Conte a de quoi stresser ! 



Hebergeur d'image

Hebergeur d'image
Carnet de commande : 100. Comme le nombre de points visés par Antonio Conte et la Juventus. Si le record du club est battu depuis le match de Sassuolo (91 points en 2006 pour l’équipe de Capello), le record du championnat ne l’est pas encore car l’Inter de Mancini en 2007, après que le calciopoli lui ait facilité la tâche, a réussi l’exploit de faire 97 points. Alors que la Juve en compte 93 à 3 journées de la fin, la bande de Conte est bien partie pour briser ce record mais avec encore un match à Rome, rien n'est encore fait.
 


Reçu 3 sur 3 Mister(futura.unito.it)
Reçu 3 sur 3 Mister(futura.unito.it)

Hebergeur d'imageLa pizzaMiralem Pjanic. Le but du mois est l’œuvre de Miralem Pjanic contre l’AC Milan le 25 avril dernier. Sur cette belle réalisation nous pouvons admirer la facilité avec laquelle le Romain ridiculise la défense milanaise avant de tromper Abbiati sans trop de soucis.

NB : On retient également la classe de Rami sur le petit pont, du solide celui-là. 

Hebergeur d'image
La grappa : Luca Toni. Il est dans une forme olympique, finissant ce mois d’avril à la seconde place des capocanonniere de Série A (19 goals) à deux longueurs de Ciro Immobile. Après une courte carrière au plus haut niveau entre 2005 (date de son passage à Palerme en Série B) et 2007 (date de la première année de sa viré au Bayern), le champion du monde 2006 s’est un peu perdu dans l’horizon footballistique. Alors, une traversée du désert commence pour Toni jouant dans des clubs tels que l’AS Roma, Genoa, la Juventus, Al Nasr (Dubai) et la Fiorentina sans jamais réussir à retrouver son rythme d’antan.


Luca Toni, La joie du buteur fou (nachrichten168.eu)
Luca Toni, La joie du buteur fou (nachrichten168.eu)
Hebergeur d'image
Clarence Seedorf. Le flop de l’ancienne gloire du Milan AC n’est pas dû à sa qualité d’entraineur mais plutôt au choix de venir jouer les souffre-douleurs du côté de San Siro. Car, pour être honnête, qui aurait voulu de cet AC Milan-là ? Une équipe en plein naufrage avec des recrues tel que Rami ou Taraabt (remplaçant dans leurs anciennes équipes) qui se retrouvent théoriquement comme meilleurs éléments d’une équipe décevante si l’on prend en compte le glorieux passé du club. Après l’espoir d’un éventuel miracle à ses débuts, Seedorf n’a pas réussi à redonner au Milan ses lettres de noblesse. De plus, alors que la saison n’est pas encore terminée, certains bruits de remplacement circulent dans Milan ; effectivement, on parle déjà d’une autre légende, Pippo Inzaghi, pour reprendre sa place en fin de saison. Pourtant, il n'est pas certain que le problème réside dans l'identité de l'entraîneur.       Rafa Benitez. Le mister Napolitain possède au moins une qualité : le sens de l’humour. Après avoir répété à maintes reprises durant l’année que son Napoli n’était qu’à 75% de ses moyens et qu’il allait être un candidat sérieux pour le titre en fin d’année, l’Espagnol nous a encore une fois confirmé que son humour était sans limite. Jamais vraiment dans la course pour le titre (malgré un effectif de qualité), Rafa n’aura fait que nous remettre en mémoire ses médiocres exploits passés en tant qu’Interiste. Se cachant derrière un CV européen plus que correct, Rafa n’a plus gagné de championnats nationaux depuis son passage à Valence en 2004, une plombe dans un pays où le Scudetto est roi. Benitez est-il toujours l’homme de la situation ?



Anthony Schenevey

     

Nouveau commentaire :

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 4 Avril 2014 - 10:00 30 jours de Série A: Victoire par K.O.





AROUND THE GAME

DSCF9351
DSC_0671
DSCF3521
hahn16
DSC_0547
hann5
DSCF7840
DSC_0514
augsburg4
DSC_0591
DSCF6181
DSC_0633
fanhaus
DSCF9688a
DSC_0529
DSCF8098
167
DSCF0749
DSCF9519
9
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
 
Facebook
Twitter
Rss
Mobile
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image