FOOTBALL INTéGRAL - Le football avec du coeur
Facebook
Twitter
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
Champion's League
Dimanche 25 Mai 2014

Decima


Dans une atmosphère insoutenable, le Real Madrid a décroché sa dixième Ligue des Champions de son histoire face à l’Atletico Madrid (4-1). Une délivrance pour tous les supporters du Real, un profond sentiment de dégoût pour leur adversaire du soir. Sur le terrain, les deux équipes ont tout donné pour arracher la victoire et, alors que l’Atletico semblait se diriger vers un succès historique, Sergio Ramos a remis les pendules à l’heure et offert au Real Madrid une prolongation aussi décisive qu’inespérée ! Retour sur une finale qui restera très certainement dans les annales.


Decima
La tortue et le lièvre. La sublime enceinte de l’Estadio de la Luz s’était parée de ses plus belles couleurs pour accueillir en son sein le plus grand des spectacles. Une finale pour l’honneur et la gloire. Plus qu’une reconnaissance européenne, c’est la suprématie de la capitale espagnole qui était en jeu. Poussif et désordonné, le Real Madrid débute son match sur la pointe des pieds. En face, l’Atletico est fidèle à ses habitudes et entame la rencontre avec sa rigueur habituelle. Très incertain mais titulaire, Diego Costa est obligé de céder sa place après seulement neuf minutes de jeu. Touché au biceps fémoral, l’hispano-brésilien n’aura donc pas réussi à tenir son rang malgré toute sa bonne volonté. Un coup dur prévisible et donc, pas vraiment handicapant pour une équipe madrilène qui se contente de relancer proprement est d’attendre la faille.

Une tactique qui semble gêner le Real Madrid. Incapables de faire la différence, les Merengues courent dans le vent et ne se procurent quasiment aucune situation dangereuse. La première tentative est à mettre à l’actif de Gareth Bale. Après une perte de balle signé Tiago, le Gallois fonce vers les buts de Courtois mais rate complètement sa tentative par manque d’altruisme (32e). Quelques minutes plus tard, la sanction tombe. A la suite d’un centre de Juanfran côté droit, Godin devance Khedira et place une tête qui vient lober Casillas, coupable d’une vilaine sortie (36e). Bien en place tactiquement, l’Atletico réussit le coup parfait et rejoint les vestiaires avec un score favorable. Crispé par l’enjeu, le Real Madrid a beau être plus rapide il n’en reste pas moins inoffensif.

Godin, héros déchu (uefa.com)
Godin, héros déchu (uefa.com)
En seconde période, bis repetita. Le Real accentue sa domination mais bute sur le mur érigé par les patients Colchoneros. Les contacts se font de plus en plus violents et l’arbitre est obligé de sévir à plusieurs reprises. Les tentatives de Bale se révèlent infructueuses, comme les coups-francs de Cristiano Ronaldo. D’un sang-froid remarquable, l’Atletico se dirige tranquillement vers un succès pragmatique. C’était sans compter sur l’incroyable détermination de Sergio Ramos. Touché par la grâce, l’Andalou s’élève plus haut que tout le monde sur le dernier corner du temps réglementaire et envoi le ballon dans les filets de Courtois (94e). Le stade explose. Le Real Madrid est de retour.

Le Real Madrid, roi d'Europe (uefa.com)
Le Real Madrid, roi d'Europe (uefa.com)
Passage en force. Malgré une fin de saison éprouvante, les deux équipes puisent dans leurs dernières ressources pour disputer cette prolongation impensable. A l’aise dans ses crampons, le petit Marcelo apporte une touche de fraîcheur qui semble booster le Real. Ses percées fulgurantes déstabilisent la défense des Matelassiers et la pression devient difficile à supporter pour les hommes de Simeone. Avec force et honneur, l’Atletico Madrid tient bon lors de cette première mi-temps mais on sent que le match peut basculer à tout moment. La fatigue se fait sentir et le mental en a pris un sacré coup.

« J'ai dit aux joueurs qu'il n'y avait pas de quoi pleurer car quand on fait un match comme ça, on peut garder la tête haute. » (Diego Simeone)
 
Sur une nouvelle offensive de Di Maria, l’Atletico est pris de vitesse et l’Argentin transmet la balle à Bale, qui inscrit un nouveau but en faveur de la Maison Blanche (111e). L’Atletico a craqué. Derrière, Marcelo fait parler sa vitesse et sa conduite de balle. Le latéral brésilien s’engouffre dans les espaces et vient crucifier le pauvre Courtois (118e). La messe est dite. Quelques secondes plus tard, Cristiano Ronaldo est accroché dans la surface par Godin. L’attaquant portugais se fait justice lui-même et inscrit son dix-septième but dans la compétition, un record.

Dans la confusion générale, le Real Madrid remporte sa dixième couronne européenne et entre dans la légende du football. Auréolé du titre de champion d’Espagne, l’Atletico rate le doublé malgré une saison exceptionnelle. Une performance unanimement saluée mais qui n’aura pas suffi à faire flancher l’ogre madrilène et ses recrues les plus chères du monde (Bale et Cristiano Ronaldo).


Un Homme : Gareth Bale

(europe1.fr)
(europe1.fr)
Retour sur investissement. Buteur en finale de la Copa del Rey puis de nouveau décisif hier soir en finale de la Ligue des Champions, Gareth Bale termine la saison avec brio. Transfuge de Tottenham, le Gallois (24 ans) réalise des débuts tonitruants sous le maillot madrilène. Il était venu pour remporter des titres et c’est chose faite. Longtemps en panne d’efficacité durant la rencontre, il a beaucoup tenté en vain.

La délivrance est venue à la toute fin des prolongations, pour son plus grand bonheur. Payé une fortune, Bale a plutôt convaincu pour sa première saison dans la capitale madrilène. Le Gallois est un avaleur d’espace. Sa pointe de vitesse balle au pied est phénoménale et son aptitude à créer le danger n’a eu de cesse d’épuiser la défense adverse. Gareth Bale ne disputera pas la Coupe du Monde mais contrairement à son coéquipier Cristiano Ronaldo, il a gagné la Ligue des Champions dès son arrivée. Alors, Bale plus fort que CR7 ?

Maxime Brandizi

     

Nouveau commentaire :

Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 1 Mai 2014 - 08:00 Une finale sous la forme d’un derby

Jeudi 24 Avril 2014 - 08:00 Le strict minimum





AROUND THE GAME

012
DSC_0543
dortmund16
DSC_0601
20
DSCF3251
DSCF9641
DSCF6750
DSCF9444
DSCF0860
leverkusen 7
DSCF9351
hann1
DSCF9209
DSCF9560
086
DSCF9178
dortmund2
DSCF0774
DSC_0547
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image
 
Facebook
Twitter
Rss
Mobile
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image